Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : la coûteuse exportation des déchets sur le continent

-
Par , , , France Bleu RCFM

Une première étape pour l'exportation des déchets de Corse sur le continent a été franchie. Dans le cadre d'un marché lancé par le SYVADEC, deux offres de traitement des déchets résiduels ont été retenues. Mais le coût de l’opération parait très élevé.

L'exportation des déchets sur le continent pourrait coûter cher à la Corse
L'exportation des déchets sur le continent pourrait coûter cher à la Corse © Maxppp -

Dans un contexte de crise répétitif en matière de traitement des déchets, la Corse n’écarte pas l’éventualité d’un transfert d’une partie de ses déchets sur le continent. Mais pour se faire, il a fallu procéder à un marché public. Infructueux la première, le SYVADEC vient de retenir deux candidats. Le premier est un site de stockage à Le Vigeant en Poitou-Charentes pour 40.000 tonnes par an. L'autre acteur retenu est le groupement Véolia / TIRU qui fait du traitement thermique sur les sites de Nimes, Toulouse et Perpignan, pour 43.000 tonnes.

Cela coûtera à la Corse 108 € hors taxe la tonne, un prix auquel il faudra ensuite ajouter le coût de la mise en balle au départ de Bastia et celui du marché des transports. 

Le prix final sera donc très élevé reconnait François Tatti, le président du SYVADEC.

François Tatti, le président du SYVADEC

Une solution « Corse » s’impose

Le dossier a été transmis à la collectivité de Corse et à l'Etat. Mais pour François Sargentini, les choses sont claires : « l'exportation n'est pas la solution ». Et pour cause, le prix du traitement des déchets pourrait au final  approcher les 300 euros par tonne. Considérant la masse à gérer sur une année, le coût de l’exportation atteindrait les 15 M€. La solution doit donc être trouvée ici, en Corse, indique le président de l’office de l’environnement de la Corse.

François Sargentini, le président de l'office de l'environnement de la Corse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess