Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Corse : les prix des carburants en question à l’Assemblée Nationale

-
Par , , France Bleu RCFM

Ce mardi à l’Assemblée Nationale, le député LR de la première circonscription de Corse-du-Sud, Jean-Jacques Ferrara, a interpellé le gouvernement sur la cherté des carburants dans l’île et les premières conclusions des travaux menés par les services de l’État à ce sujet.

Corse : le prix des carburants en question à l’Assemblée Nationale
Corse : le prix des carburants en question à l’Assemblée Nationale © Maxppp - maxppp

Corse, France

Jean-Jacques Ferrara s’est adressé au Premier ministre, le ministre de l’Économie et des finances, Bruno Le Maire, étant absent ce mardi. Mais c’est finalement Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, qui lui a répondu…qu’elle n’avait pas de réponse. 

"A quelle date des mesures concrètes seront-elles mises en œuvre ? "

Jean-Jacques Ferrara, député de la première circonscription de Corse-du-Sud : « Lors de son déplacement en Corse le ministre de l’Économie et des finances a constaté le prix élevé des carburants malgré le différentiel de TVA appliqué, 7 points de moins que sur le continent, et l’absence complète de distribution sur l’île de super carburant E10, cette différence non répercutée aux consommateurs. Ce dimanche 27 janvier en périphérie d’Ajaccio le sans plomb 95 coutait 1.53 euro / litre. Les services de l’État, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ont été chargés d’une mission pour expliquer ces tarifs. Vous savez bien que la géographie de l’île, impose le recours aux véhicules particuliers, recours imposé aussi par la désertification du rural, la prédominance des deux agglomérations Ajaccio et Bastia, les difficultés et le coût du logement et la mauvaise couverture numérique... il faut mettre un terme à cet état de fait qui perdure depuis trop longtemps…Monsieur le Premier ministre quels sont les premières conclusions des travaux de vos services ? Quelle sera la stratégie retenue ? Peut-on envisager un dispositif tel qu’il existe outre-mer avec l’arrêté Lurel ? A quelle date des mesures concrètes seront-elles mises en œuvre ? »

"Nous avons une réponse à vous apporter mais je ne l’ai pas en ma possession"

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales : « Nous savons bien qu’il y a un sujet et une étude a été lancée par le gouvernement pour étudier les raisons qui font que le prix de l’essence à la pompe ne suit pas toujours l’évolution du prix du baril. Nous avons une réponse à vous apporter bien sûr mais je ne l’ai pas aujourd’hui en ma possession. On ne peut pas demander au gouvernement de dire n’importe quoi donc je préfère dire la vérité. La préfète de Corse fait un travail extrêmement important sur l’île. Chaque mois elle réunit l’ensemble des services de l’État, je demanderai au ministre de l’économie de m’apporter la réponse et de vous l’apporter quand elle sera connue. »

Jean-Jacques Ferrara : "pas acceptable que l'enquête ne débouche sur rien"

Une argumentation qui a surpris le député LR de la première circonscription de Corse du Sud. Jean-Jacques Ferrara ne s'attendait pas à une telle réponse de la part du gouvernement : " je vous avoue que j'ai été un petit peu étonné de la réponse de Madame Gourault. Compte tenu de l'enquête qui a été diligentée, qui date maintenant de trois mois, _j'espérais, comme tout un chacun avoir des éléments de réponse. Manifestement, elle n'en a pas ou n'a pas voulu les donner. Ce sont quand même des problématiques du quotidien qui impacte la population de l'île. Il me semble que cela ne doit pas être si compliqué que ça et que s'il y a des réponses à donner, des pistes pour remédier au surcoût du carburant en Corse, il faut en parler dès maintenant. Il y a trop longtemps que ça dure. Il faut que ça cesse. Il ne serait pas acceptable que cette enquête ne débouche sur rien_."

Jean-Jacques Ferrara : "il ne serait pas acceptable que l'enquête ne débouche sur rien"