Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Côte-d'Or : le conseil départemental veut aider les communes de la métropole de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les élus du département de la Côte-d'Or réunis pour l'ultime session avant les vacances ce lundi 24 juin 2019. Il était question du budget supplémentaire de 47,66 millions d'euros. Au-delà de ce "BS" des aides vont être apportées à certaines communes. La gauche dénonce un coup de com'.

François Sauvadet, président du Conseil départemental
François Sauvadet, président du Conseil départemental © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon - France

Le but de cette session était le vote du budget supplémentaire 2019. En clair il s'agissait d'apporter quelques corrections au budget voté en début d'année. Ce budget supplémentaire s'élève à un peu plus de 47 millions d'euros. Sur ce budget supplémentaire 42,5 millions sont inscrits en dépenses d'investissement et 5,2 en dépenses de fonctionnement. 

Un ajustement "extrêmement limité"

C'est un ajustement "extrêmement limité" s'est félicité le président du Conseil départemental, l'UDI, François Sauvadet. "La bonne nouvelle c'est que l'an dernier nous n'avons pas dépassé les 1,2% qui nous étaient fixés par le gouvernement comme plafond de dépense. Nous n'aurons pas à redonner l'argent. Puisque vous connaissez le principe : si on dépassait ce plafond, l'État aurait prélevé le dépassement. C'est donc une bonne nouvelle car pour l'essentiel il s'agit de crédits qui vont aller aux aller aux communes et aux intercommunalités via les Contrats "Cap 100% Côte-d'Or" pour financer les grands investissements".

François Sauvadet

Le président François Sauvadet en session - Radio France
Le président François Sauvadet en session © Radio France - Thomas Nougaillon

"Un manque criant d'investissement"

Si l'opposition reconnaît la gestion saine du département, par la voix de Paul Robinat, 1er vice-président des Forces de Progrès et conseiller départemental divers gauche du canton de Talant, elle dénonce un "manque criant d'investissement" dans notre département. Avec, explique Paul Robinat, -500 000 euros pour les personnes âgées ou encore -300 000 euros pour le social. En session, le président du Conseil départemental a rappelé que -malgré un contexte délicat- les impôts n'ont pas augmenté depuis six ans dans le département.

Paul Robinat - Radio France
Paul Robinat © Radio France - Thomas Nougaillon

Un accord de partenariat avec les pôles urbains de la métropole dijonnaise

Autre point à l'ordre du jour "la création d'un accord de partenariat avec les pôles urbains de la métropole dijonnaise". De quoi s'agit-il au juste ? Le conseil départemental se propose de financer des projets d'aménagements des sept communes les plus importantes de la Métropole, hors Dijon. Les explications de François Sauvadet. 

"Je dis venez autour de la table si vous avez des projets d'aménagement qui sont dans vos compétences on va vous accompagner à hauteur de 20 à 50% et à hauteur d'un million d'euros, donc ce n'est pas rien !"

Des aides pour financer des projets dans certaines communes de la Métropole.

"C'est quelque chose qui existe déjà"

Du côté de l'opposition départementale et des forces de progrès on dénonce une "stratégie de communication". Céline Tonot, conseillère départementale PS du canton de Longvic-Gevrey-Chambertin et première adjointe à la ville de Longvic. "C'est quelque chose qui existe déjà ! On ne le remet pas en cause. Mais nous trouvons qu'il s'agit d'une opération de communication. Les partenariats ont toujours existé avec les communes quelles qu'elles soient". 

Nathalie Koenders, "c'est un peu de l'esbrouffe" - Radio France
Nathalie Koenders, "c'est un peu de l'esbrouffe" © Radio France - Thomas Nougaillon

"C'est un peu de l'esbrouffe"

Même chose pour Nathalie Koenders, conseillère départementale sur Dijon 2 et 1ère adjointe à la ville de Dijon. "Bien sûr sur le papier c'est un beau projet. Mais quand on gratte un peu on voit que c'est un peu de l'esbrouffe. D'ailleurs _beaucoup de communes ne sont pas au courant_. On sent bien que c'est en réaction à la Métropole, c'est très creux."

Patrick Chapuis - Radio France
Patrick Chapuis © Radio France - Thomas Nougaillon

Patrick Chapuis, conseiller départemental et maire de Fontaine-les-Dijon, est membre de la majorité départementale il répond à ces accusations de la gauche. "Le département ne pourra plus aider les communes de la Métropole dans le cadre des compétences transférées. Et il y aura donc d'autres dispositifs pour manifester notre soutien à ces communes" lâche-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu