Infos

Courgains : le maire du petit village jette l'éponge

Par Julien Jean et David Malle, France Bleu Maine mercredi 20 janvier 2016 à 18:51

© Radio France - Julien Jean

Le maire de Courgains, dans le Nord Sarthe, jette l'éponge. Après 8 ans passés à la tête de cette commune de 600 habitants, Jacques Frénéhard démissionne. Plus assez de moyens et trop de contraintes, il se dit fatigué et oublié par les "grands élus parisiens".

France Bleu : Jacques Frénénard vous n’êtes plus maire de Courgains…

JF : … et non c’est fini !

France Bleu : et vous le regrettez amèrement ?

JF : Tout à fait mais j’ai fait un choix, j’ai pris une décision et je ne reviendrai pas dessus.

France Bleu : Pour comprendre, vous avez rencontré des difficultés à Courgains, la refonte de la cantine mal comprise, Il y a eu le PLU, le plan local d’urbanisme annulé par le tribunal administratif, ça représente 4 ans de travail réduit en miettes et puis il y a eu lors des dernières régionales ce score du FN, 48 %, ça vous a choqué ?

JF : Ouais je sais, mais moi je suis un démocrate ; je respecte le vote de mes administrés, donc à partir de là, euh c’est vrai ça me gêne, ce n’est pas dans ma philosophie. Il faut essayer d’analyser pourquoi. J’ai déjà longuement réfléchi, je pense avoir des pistes, mais je n’ai pas les moyens pour résoudre ces problèmes

Vous savez dans nos petites communes, on a quand même des gens en difficulté, qui ont des problèmes, y’a des gens qu’on pas de travail. On est dans une zone désertifiée. Donc dans le rôle du maire il faut tout faire, il faut être assistante sociale, et je n’en ai pas la formation, il faut être à l’écoute… et je n’ai pas les solutions à tout et là on ne rencontre personne

Nous les ruraux, on est totalement incompris par les grands élus parisiens

France Bleu : ce qui interpelle, c’est le sentiment d’isolement du premier magistrat que vous êtiez ?

JF : ( il coupe ) Tout à fait, tout à fait, le maire il fait garde champêtre, il fait assistante sociale, il fait parfois gendarme…l’assistante sociale elle fait ce qu’elle peut mais elle ne peut pas être ^partout, les gendarmes sont de moins en moins disponible.. Quand il y a un problème c’est le maire qu’intervient.

Le PLU par exemple, je me suis rendu compte que le PLU on avait fait un super travail, avec un bureau d’étude avec qui on a bien travaillé, par contre il aurait fallu qu’on se fasse accompagner par des juristes, car on n’en n’avait ni la compétence ni les moyens..

France Bleu : Mais ce que disent les grands élus, c’est regroupez vous faites des communautés de communes, pour avoir ces moyens !

JF : Oui bah nos grands élus parisiens, je crois qu’ils pensent que la campagne arrête au périphérique de Paris. Ils n’ont absolument pas compris ! Quand je vois les notes de service, qu’on reçoit, mais c’est aberrant, aberrant, révoltant …révoltant Nous les ruraux on est totalement incompris. On le vit tous les jours

France Bleu ; c’est aussi mal perçu par les concitoyens, comme à Courgains, vous ne pèserez plus grand-chose dans un grand ensemble ?

C’est évident ! Maintenant peut-être aurions-nous du anticiper sur la mutualisation…Parce que revenons au cas du PLU, si j’avais été accompagné d’un juriste, même avec un bureau d’étude, il y a des erreurs qui auraient été remarquées, et ça ça nous manque..Je le ressens tous les jours au niveau de l’urbanisme, notre secrétaire fait ce qu’elle peut, mais ce n’est pas une spécialiste de l’urbanisme, donc ça remonte aux services de l’état c’est très compliqué… et toujours sur le PLU, on est dans un système d’une rigidité… et d’un manque de bon sens

J’ai vu des administrés qui n’étaient pas contents de ce qu’on leur proposait, tout ça pour dire qu’on a une administration difficile, dure qui n’est pas à notre écoute et qui nous fait toujours comprendre « Monsieur le maire vous êtes responsable ! et bien moi j’en ai marre !

France Bleu : Est-ce que l'on peut dire que vous en avez un peu gros sur la patate ?_

JF : Oui, oui... oui.

France Bleu : Vous vous êtes fait manger par le système ?

JF : Comme tous les maires. D'autant plus que je pars avec un grand regret. Parce que derrière moi, que ce soit dans mon premier mandat ou aujourd'hui encore, j'avais une équipe formidable. Des gens qui m'ont soutenu. Des gens avec qui nous avons fait du bon boulot. Dommage, il y a eu une petite scission qui s'est créée dans le conseil, parce que si on avait eu un débat franc et direct avec certaines personnes, on en serait pas. Mais bon, c'est un petite parenthèse, ça fait partie de la démocratie.

Mais par contre vraiment j'insiste parce que pour notre petit village, notre dernier mandat, on a fait du boulot, on a fait beaucoup de travail mais toujours dans l'intérêt général et dans l'intérêt de l'administré. Toujours, toujours. C'est le rôle de l'élu. Et ça nous, on l'a cette notion là. On ne le fait pas pour nous, on ne le fait pas pour notre gloire !

Voyez vous, aujourd'hui, je suis même un petit peu... j'ai la rage. Les élus, les parlementaires il faut bien qu'ils soient pour voter les lois (d'ailleurs des fois ils feraient bien de faire attention à ce qu'ils votent) mais je ne supporte plus de voir ces gens venir couper des rubans. Ils viennent nous voir pour la photo, boire le pot, le petit mot sympathique, faire le comice agricole pour serrer la paluche à tout mais après on les voit plus. On est isolé, on est seul. Quand on a un problème, on se démerde. Excusez moi l'expression, je suis vulgaire mais je le pense. Donc c'est vrai que j'ai la rage.


Une démission mal vécue par les habitants

Dans le village, les habitants regrettent ce départ. "Quand j'ai appris la démission du maire, j'ai été surpris. On se pose pas mal de questions. C'est la première fois que ça arrive à Courgains" dit André. Mais rares sont ceux à le défendre. "C'est un patron le maire, on est d'accord hein ?" s'agace Lionel. "Il est responsable de sa commune. Pour moi, si on le fait, on fait ça jusqu'au bout." Un avis que partage Nadine, une nouvelle habitante de Courgains. "_Il s'est engagé, il faut assumer. Moi ce que je regrette, c'est qu'il ne nous a pas consulté. Il aurait du nous demander notre avis avant de partir. Il a été élu, faut pas l'oublier"._Un jugement sévère selon Emilie, une jeune maman. Avec le réaménagement du bourg, le développement de l'école, le maintien des commerces (boulangerie, boucherie, garage, fleuriste, coiffeur, épicerie), elle estime, elle que son bilan est bon : "Je trouve dommage qu'il parte après avoir fait tout ça. Après je sais que ça ne se passait pas très bien au conseil". Plusieurs élus lui reprochent en effet sa méthode "il voulait tout décider tout seul mais ça ne marche pas comme ça".

Radio France
© Radio France - Julien Jean

"C'est vrai qu'il y avait des tensions au conseil" reconnait Pierre mais cela n'est pas facile de gérer une petite commune "Oh que non. Pas du tout, du tout. Surtout dans le contexte actuel. Les subventions baissent et avec rien, on ne fait pas grand chose. Et puis ceux qui critiquent, ils n'ont qu'à prendre sa place, on verra bien s'ils font mieux".

Partager sur :