Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 à Dunkerque : des mesures déconnectées du terrain pour le maire

-
Par , France Bleu Nord

Patrice Vergriete, le maire de Dunkerque et président de la communauté urbaine regrette les décisions de l'Etat pour lutter contre la propagation du variant anglais de la Covid-19 dans le dunkerquois.

Patrice Vergriete, maire divers gauche de Dunkerque
Patrice Vergriete, maire divers gauche de Dunkerque © Radio France - Stéphane Barbereau

Invité de France Bleu Nord ce lundi, Patrice Vergriete dénonce des mesures "déconnectées du terrain" après la décision de la préfecture du Nord de garder ouverts les écoles, collèges et lycées malgré une forte progression du variant anglais. 

Le président de la CUD et maire de Dunkerque militait pour la fermeture des établissements scolaires, à une semaine des vacances d'hiver. La préfecture a préféré des entrées et sorties décalées dans les écoles de la communauté urbaine et de la communauté de communes des Hauts de Flandres (autour de Gravelines) et un fonctionnement en mode mixte dans le secondaire (présentiel/distanciel).

"Je mettrai ma fille à l'école"

S'il juge ces décisions inadaptées, Patrice Vergriete précise qu'il faut respecter la démocratie, "mais je sais qu'un certain nombre de familles ne mettront pas leurs enfants à l'école." Il dit comprendre _"l'incompréhension de la population"_mais n'appelle pas ses administrés à ne pas envoyer les enfants en cours. 

Situation toujours tendue à l'hôpital de Dunkerque

Avec un taux d'incidence de plus de 500 cas pour 100 000 habitants, le nombre d'admissions à l'hôpital est en augmentation. Comme le week-end précédent, des patients n'ont pas pu être admis en réanimation à Dunkerque et ont été transférés vers d'autres établissements de soins. Patrice Vergriete craint aujourd'hui une saturation d'autres hôpitaux de la région. 

L'attitude responsable des dunkerquois

Interrogé sur l'origine de cette flambée de l'épidémie sur son territoire, le maire a évoqué la proximité du Royaume-Uni et les portes d'entrée que représentent les ports de Calais et de Dunkerque. Il a salué l'attitude " responsable" de la population, notant que les carnavals clandestins sont restés très rares.

L'Agence régionale de santé doit organiser dans les prochains jours une campagne de dépistage. L'occasion pour Patrice Vergriete de souligner une nouvelle fois " le décalage entre les élus locaux et l'Etat. Il n'y a pas le respect des propositions faites par les élus locaux. _On veut que les décisions qui soient prises soient les plus pertinentes pour notre territoire_. Je peux comprendre une forme d'égalité républicaine mais à un moment donné, il y a aussi des caractéristiques, des différenciations auprès des territoire et l'Etat ne sait pas entendre ça."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess