Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : deux associations portent plainte après le dîner d’Emmanuel Macron à l'Elysée

-
Par , France Bleu

Deux associations ont décidé de porter plainte après le dîner non officiel qui a réuni entre 10 et 12 personnes autour d’Emmanuel Macron mercredi soir à l'Elysée, parmi lesquels des responsables de la majorité et des conseillers. Le lendemain, le président était testé positif au coronavirus.

Deux associations portent plainte pour mise en danger de la vie d'autrui.
Deux associations portent plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. © Maxppp - Sébastien Muylaert

Deux associations ont déposé deux plaintes ce vendredi pour mise en danger de la vie d’autrui, après le dîner qui a réuni au moins dix personnes autour d’Emmanuel Macron mercredi soir à l’Elysée, indique leur avocat dans un communiqué. Il s’agit de l’association Victimes coronavirus France et de l'association de restaurateurs Les Pendus.

Maître Fabrice Di Vizio indique que "les gouvernants ont été 10 à avoir participé, ce 16 décembre, à un long dîner sur des sujets ne revêtant pas de caractère d’urgence, violant ainsi le couvre-feu en vigueur depuis la veille. Ce fait s’avère d’autant plus grave que le président de la République a été testé positif au Covid le lendemain."

Selon l'AFP, avant d'être testé positif au coronavirus jeudi matin, Emmanuel Macron a en effet dîné la veille au soir avec une douzaine de convives, parmi lesquels des responsables de la majorité et des conseillers. 

Comment voulez-vous susciter l'adhésion des populations, lorsque vous-mêmes vous ne semblez pas convaincus des mesures ? 

Cette "réunion de travail sous forme de dîner", dixit une source au sein de l'exécutif, qui ne figurait dans aucun agenda officiel, rassemblait autour de chef de l'Etat le Premier ministre Jean Castex, le président de l'Assemblée Richard Ferrand, les responsables LREM Stanislas Guerini et Christophe Castaner, ceux du MoDem François Bayrou et Patrick Mignola, le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, le député Thierry Solère, l'eurodéputé Stéphane Séjourné, et le conseiller politique Maxance Barré. Loin de la jauge recommandée des "six adultes à table" édictée par le gouvernement à l'approche des fêtes de fin d'année afin de limiter la circulation du virus, mais, selon les participants, dans le respect strict du protocole sanitaire.

Protocole sanitaire respecté

Selon les participants, la configuration du repas a toutefois permis de limiter les risques de contamination. "C'était une soirée de travail avec des précautions et des mesures barrières qui étaient strictement appliquées ou en tout cas, qui paraissaient strictement appliquées. C'était dans la grande salle des fêtes de l'Elysée donc avec beaucoup d'air. Et puis avec une table immense où on était séparés par trois ou quatre mètres. Donc, en principe, les précautions ont été prises" a expliqué François Bayrou sur France bleu Béarn ce jeudi.

"Les dîners ou les déjeuners se tiennent dans la salle des fêtes dont la capacité d'accueil est de 700 places et qui nous permet cet aménagement", a fait valoir Christophe Castaner, en soulignant que chaque invité s'est exprimé dans un micro. Les mêmes sources assurent que la pièce a été aérée et soulignent que chacun disposait d'un plateau repas individuel.

Deux poids deux mesures ?

"Si les mesures prises par le gouvernement" pour limiter la propagation du coronavirus "ont un sens pour la majorité des Français, elles devraient avoir un sens pour les conseillers ministériels, pour les ministres eux-mêmes et pour les parlementaires", a expliqué Fabrice Di Vizio à franceinfo. "Cela intervient à un pire moment", poursuit-il, "car comment voulez-vous susciter l'adhésion des populations, lorsque vous-mêmes vous ne semblez pas convaincus des mesures ? Je ne reproche pas à ces gens de s'être réunis, ils ont le droit de se réunir dans le cadre prévu par les textes qu'ils ont eux-mêmes adoptés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess