Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19, variant Delta : Jean Castex annonce un "plan d'action sur sept jours" pour les Landes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gascogne, France Bleu

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran sont en déplacement dans les Landes ce jeudi, alors que le département est confronté à une dégradation de sa situation épidémique Covid-19 liée à la progression du variant Delta.

Olivier Véran et Jean Castex ce jeudi à Mont-de-Marsan
Olivier Véran et Jean Castex ce jeudi à Mont-de-Marsan © Radio France - Lou Bourdy

Alors que le variant Delta du Covid-19 circule activement dans les Landes, le Premier ministre Jean Castex, lors d'un déplacement à Mont-de-Marsan ce jeudi 24 juin, a annoncé un "plan d'action" pour "les sept jours à venir, d'ici le 1er juillet" dans le département. Il y aura davantage de tests et des doses de vaccin supplémentaires. A l'issue de ces sept jours, le gouvernement décidera de valider ou non l'allègement des mesures sanitaires prévues au 1er juillet. "Si les circonstances locales le justifient, nous pourrions différer la levée de ces mesures d'allègement pour assurer une meilleure protection de nos concitoyens. C'est ce que nous déciderons à l'issue de cette période" a déclaré Jean Castex. 

Dans le détail : 14 000 tests devront être réalisés dans la semaine à venir dans les Landes. "On a débloqué 6 500 tests salivaires pour les écoles et 10 000 autotests" précise Jean Castex. Sur le volet vaccinal, les doses de vaccin disponibles dans les Landes vont augmenter, passant de "40 000 à 60 000 doses au cours des sept jours à venir". La levée des restrictions prévues dans toute la France au 1er juillet pourrait donc être différée dans les Landes, notamment pour les jauges dans les établissements et lieux recevant du public.

Ayez peur du virus, n'ayez surtout pas peur du vaccin - Jean Castex

A Mont-de-Marsan, le Premier ministre a aussi déploré jeudi la baisse du nombre de premières doses de vaccin injectées chaque jour, exhortant à "faire beaucoup mieux". "En première vaccination, ça fait deux ou trois jours qu'on vaccine 200 000 personnes par jour (en France, ndlr)", "c'est trop peu", a regretté le Premier ministre, en observant que "les prises de rendez-vous" étaient "en décélération". "Ayez peur du virus, n'ayez surtout pas peur du vaccin" ajoute Jean Castex.

Le Premier ministre a aussi lancé un "appel solennel" aux soignants qui ne seraient pas encore vaccinés. "Il est impératif que les soignants, les personnels de ces Ehpad soient tous vaccinés, on va dire d'ici la fin du mois d'août (...), à défaut de quoi nous devrions évidemment prendre nos responsabilités", a plaidé M. Castex, sans toutefois se prononcer clairement sur la possibilité de rendre obligatoire cette vaccination.  

Déplacement dans un cabinet médical

Ce jeudi matin, au cours de leur déplacement, le chef du gouvernement et son ministre se sont d'abord rendus dans un cabinet de médecine générale, avenue du Houga à Mont-de-Marsan (cabinet du clos Voissard) avant de filer vers le centre commercial du Grand Moun pour assister à une opération de dépistage. Ils se sont rendus plus tard à la Caisse primaire d'assurance maladie de Mont-de-Marsan, où leur ont été présentés le dispositif de contact tracing, qui permet d'identifier les cas contacts d'une personne contaminée par le Covid-19. 

Le Premier ministre et le ministre de la santé sont arrivés aux alentours de 9h15 dans le cabinet médical du docteur Didier Simon, avenue du Houga à Mont-de-Marsan. Sur place, le docteur Simon a vacciné plusieurs patients. Selon lui, il est primordial de vacciner directement dans les cabinets : "Nous avons été parmi les premiers à le faire ici dans les Landes." Le docteur a expliqué à Jean Castex et à Olivier Véran sa difficulté à convaincre les adultes, entre 20 et 50 ans, de se faire vacciner : "Ils me disent très souvent qu’ils n’ont pas envie, qu’ils n’ont pas confiance en ces vaccins." Pour le docteur Simon il faudra rendre à terme la vaccination obligatoire. Mais pour Olivier Véran, "il est possible de trouver d’autres moyens de les inciter, sans passer par la vaccination obligatoire", a déclaré le ministre. Le docteur Simon n’a pas gardé la langue dans sa poche : "Pour le dire en landais, on s’est pris une branlée." Pour lui, ce n’est pas le problème du variant delta qui est inquiétant, mais celui de la vaccination : pas assez de jeunes se font vacciner.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Jean Castex et Olivier Véran se dont ensuite rendus, vers 10h, au Grand Moun, le plus grand centre commercial de l'agglomération montoise, pour assister à des dépistages anti-Covid. Ils ont échangé avec des Landais et ont tenté de convaincre trois femmes, venues pour se faire tester, de se faire vacciner. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A 10h30, ils sont arrivés à la Caisse primaire d'assurance maladie de Mont-de-Marsan, pour rencontrer la brigade chargée de surveiller et suivre les cas contacts des personnes contaminées par le Covid-19. Le ministre de la santé a fait un point sur le cluster de Pontonx-sur-l'Adour : c'est, selon lui, une membre du personnel soignant qui a contaminé les résidents. "Personne ne peut comprendre que ce soit les soignants qui ramènent le virus à l’intérieur auprès de ceux qu’ils sont censés protéger" a déclaré dans la foulée Jean Castex, le Premier ministre. 

Variant Delta : 7 cas sur 10 dans les Landes

Si Jean Castex et Olivier Véran sont ce jeudi dans les Landes c'est parce que la situation épidémique se dégrade. Alors que le nombre de cas positifs au coronavirus poursuit sa décrue au niveau national, la tendance est inverse dans les Landes, où le taux d'incidence a progressé de près de 10% en une semaine. Le taux d'incidence dans les Landes (51 cas pour 100 000 habitants) est deux fois plus élevé que le taux national (24 cas pour 100 000 habitants). Le taux dans les Landes est aussi le plus élevé parmi les départements de France métropolitaine. Le responsable est connu : il s'agit du variant Delta, parfois appelé variant indien. Ce variant, qui représente désormais 9 à 10% des cas positifs en France, est déjà présent dans 70% des cas de contaminations dans les Landes. 

Ce variant, plus contagieux que les souches précédentes, s'est notamment diffusé au Royaume-Uni, où il a remplacé en quelques semaines le variant Alpha (aussi appelé variant anglais), qui était apparu fin 2020 dans le sud-est de l'Angleterre. Certaines données préliminaires montrent qu'il pourrait également entraîner davantage de formes graves de la maladie et une moindre efficacité des vaccins disponibles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess