Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Crise sanitaire : l'Assemblée nationale vote le budget rectifié, gonflé de 20 milliards d'euros

Par

Les députés ont voté ce vendredi 11 juin un budget 2021 rectifié, complétant les aides d'urgence mises en place pendant la crise du coronavirus et accompagnant le déconfinement. La droite et le MoDem alertent sur le déficit record de la France. Le texte doit désormais passer devant le Sénat.

L'Assemblée nationale a voté le budget 2021 rectifié [photo d'illustration]. L'Assemblée nationale a voté le budget 2021 rectifié [photo d'illustration].
L'Assemblée nationale a voté le budget 2021 rectifié [photo d'illustration]. © Radio France - Manon Klein

Vingt milliards d'euros de plus : l'Assemblée nationale a voté vendredi soir un budget 2021 rectifié qui complète les aides d'urgence et accompagne le déconfinement. Adopté en première lecture par 38 voix contre 2, le texte est désormais attendu au Sénat.   

Publicité
Logo France Bleu

Un rallonge de 15,5 milliards d'euros d'aides

Ce premier projet de loi de finances rectificative pour 2021 rallonge de 15,5 milliards d'euros les aides d'urgence, à destination des entreprises et leurs salariés. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire assure qu'elles seront plus "ciblées et dégressives".  

Sur les 15,5 milliards d'euros, 6,4 milliards sont programmés pour le maintien de l'activité partielle, 3,4 milliards pour le fonds de solidarité et quatre milliards iront à la compensation d'exonérations de charges. Certains secteurs comme l'hôtellerie-restauration mais aussi les voyagistes, le transport aérien ou l'événementiel ont été durement éprouvés par des mois de confinement et ressortent économiquement lessivés, avec des perspectives de reprise très variables. 

Alerte sur le déficit public

En continuant à maintenir sous perfusion l'économie française, l'exécutif creuse le taux d'endettement public, attendu à 117,2% du PIB en 2021

Deuxième force de la majorité, le MoDem s'est inquiété de "l'énorme déficit" prévu en 2021, "220 milliards", à 9,4% du PIB. "J'alerte sur les dépenses, la pérennité de notre Etat passera par la responsabilité", a lancé le centriste Christophe Jerretie dans l'hémicycle. Dans l'opposition de droite, le président de la commission des Finances Eric Woerth (LR) "attend avec impatience des signes de maîtrise de nos dépenses". "Quand la crise sera derrière nous, nous devrons rétablir nos finances publiques" mais "sans passer par une augmentation des impôts", assure Bruno Le Maire. Promesses de futures réformes structurelles et de réductions des dépenses publiques, après le "quoi qu'il en coûte".

Financer les annonces notamment à destination des jeunes et des agriculteurs

A ces dépenses, s'ajoutent 1,4 milliard d'euros pour financer plusieurs annonces récentes. Dont 700 millions d'euros pour le maintien des places d'hébergement d'urgence, près de 400 millions d'euros pour les indemnisations d'agriculteurs, notamment ceux touchés par le gel début avril, ainsi que 400 millions d'euros pour le "Pass'Sport" à destination des jeunes

Les députés ont par ailleurs opté pour un report d'un an, au 1er juillet 2022, de la hausse des tarifs du gazole non routier ; pour une rallonge de cinq millions d'euros pour soutenir le spectacle vivant et les théâtres privés ; pour un inédit geste fiscal pour les dons aux cultes, qui ont "particulièrement souffert" dans la période, selon le patron du groupe LREM Christophe Castaner ; ou encore pour permettre l'ouverture d'un "duty-free" (vente de produits détaxés) au terminal de Coquelles, à l'entrée du Tunnel sous la Manche (Pas-de-Calais). 

Face à la crise, les députés ont également voté un amendement MoDem qui élargit aux entreprises de moins de 50 salariés la possibilité de verser une prime exceptionnelle de 2.000 euros à leurs salariés, quand elles ont mis en place de manière volontaire un plan de participation. Ils ont aussi soutenu le maintien de l'exonération de taxe d'habitation pour la résidence principale de retraités modestes en 2021 et 2022, associée à un dégrèvement de la redevance TV.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu