Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Notes de frais polémiques : "Je n'ai jamais flirté avec les règles" réagit le président de la métropole lilloise

vendredi 29 juin 2018 à 9:58 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

Le président de la métropole lilloise affirme ce vendredi 29 juin 2018 être transparent sur ses notes de frais, deux semaines après un début de polémique suite à la publication de factures par le site d'informations Médiacités Lille.

Damien Castelain, président de la Métropole Européenne de Lille
Damien Castelain, président de la Métropole Européenne de Lille © Maxppp - Baziz Chibane

Lille, France

L'heure est à la contre-attaque ce vendredi 29 juin 2018 pour le président de la Mél, la métropole européenne de Lille. Le maire de Péronne-en-Mélantois affirme jouer la carte de la transparence en expliquant le fonctionnement des notes de frais au sein de l'intercommunalité. Depuis 2014, il affirme que ses frais de représentation se chiffrent à 6.000 euros (costumes, coiffeur, spa,...) et 19.000 euros au titre de la régie de cabinet (pour régler des cadeaux protocolaires, des hébergements en hôtel,...). Tous ces frais sont justifiables explique Damien Castelain : 

On est dans un débat entre légal et moral. On rentre là aussi dans le cadre légal de coiffure, soins, manucure, soins du visage, parce qu'effectivement, de 7h à 17h, je représente, je tiens un rôle : le président de la Métropole

Plusieurs dépenses ont attiré l'attention d'un militant anticorruption qui a porté plainte contre X pour "détournement de fonds publics". Eric Darques a du mal à comprendre les justifications du Président de la Mél concernant des soins de bien-être. 

Gérald Darmanin, l'homme de l'ombre de ces révélations

L'office français anti-corruption s'est rendu à la métropole lilloise ces dernières semaines pour examiner les factures. Une structure qui est sous la tutelle du ministère de la Justice et du ministre de l'Action et des Comptes Publics qui n'est autre que Gérald Darmanin, l'ancien maire de Tourcoing qui ne cache pas ses ambitions pour les Municipales de 2020 à Lille et la présidence de la Mél dans la foulée. Damien Castelain refuse de dire s'il pense que le ministre aurait facilité ces publications dans la présence mais n'est pas dupe des échéances électorales : 

Je ne suis peut-être pas un maire d'une grande commune mais je ne suis pas naïf. Quand vous êtes à ce poste, vous savez que vous allez prendre des coups, vous savez qu'il y en a qui veulent prendre votre poste. Maintenant, nous sommes en mode combat.