Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Rosières en Santerre : les habitants vont devoir voter deux fois en six mois

-
Par , France Bleu Picardie

Après le départ du maire de Rosières-en-Santerre au conseil départemental, des élections municipales vont être organisées en septembre, à six mois des élections municipales prévues dans toute la France. Les adjoints de la commune dénoncent cette situation.

Françoise Maille-Barbare va devoir organiser deux élections consécutivement.
Françoise Maille-Barbare va devoir organiser deux élections consécutivement. © Radio France - Noémie Lair

Rosières-en-Santerre, France

C'est un cas qui se produit rarement en France : les électeurs de Rosières-en-Santerre vont devoir se rendre deux fois aux urnes en six mois pour élire leur maire. La première fois en septembre 2019 et la seconde en mars 2020. Une situation qui résulte de plusieurs départs dans le conseil municipal.

"Le maire actuel et conseiller régional, José Sueur, doit quitter son poste pour occuper un siège au conseil départemental après le décès de Pierre Boulanger, dont il était le suppléant", explique Françoise Maille-Barbare, adjointe. Le conseil municipal a également perdu deux de ses élus, Jean-Bernard Ganga, décédé durant le mandat et une étudiante, partie vivre dans l'Oise.

Dans ces conditions, la loi oblige la mairie à organiser de nouvelles élections. Elles auront lieu les 22 et 29 septembre.

"C'est une aberration, un non-sens"

Cette situation est dénoncée par le conseil municipal actuel. "C'est une aberration, un non-sens dans la mesure où le budget primitif a été voté et où il n'y aura pas de grandes décisions prises d'ici mars", explique l’adjointe. Il n'y avait donc pas besoin, d'après elle, d'organiser des élections en septembre. "L'idéal aurait été que la mairie continue de fonctionner comme actuellement c'est à dire que M.Prouille, qui était adjoint aux finances et premier adjoint, assume l'intérim et pouvait très bien continuer à le faire"

C'est d'ailleurs Daniel Prouille qui se présentera à la mairie en septembre, et sans doute en mars. "On déplore l'inflexibilité de la loi", souligne-t-il.

Une partie des habitants s'étonne aussi de la situation. "C'est ridicule, une seule élection aurait été suffisante", "autant laisser l'intérim", commentent certains.

Mais pour d'autres, "la loi c'est la loi". Et il n'y a de toute façon aucun recours possible.

Double organisation

La petite commune de 3 000 habitants devra donc organiser deux élections. Une lourde tâche à chaque fois d'après Françoise Maille-Barbare : "Il y a des choses indispensables à faire comme compléter la liste, faire de la conception, de l'impression, des documents électoraux, la profession de foi et les bulletins de vote, et tout ça coûte de l'argent", indique l’adjointe. "Le coût, c'est surtout du temps passé", ajoute Daniel Prouille puisqu'une grande partie de la facture est financée par l'Etat.

Il faudra aussi informer les électeurs qui sont loin d'être tous au courant des événements.  Ils devraient recevoir dans les prochaines semaines des documents informant sur ce vote indique la mairie. 

A Rosières en Santerre, les électeurs devront voter deux fois en six mois pour choisir leur maire - Radio France
A Rosières en Santerre, les électeurs devront voter deux fois en six mois pour choisir leur maire © Radio France - Eric Turpin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu