Politique DOSSIER : Les élections législatives avec France Bleu Besançon

Dans le Doubs, abstiens-toi : le taux d'abstention s'élève à 55,52%

Par Laurine Benjebria, France Bleu Besançon dimanche 18 juin 2017 à 23:05

Certains électeurs de Besançon ont préféré profiter du soleil plutôt qu'aller voter. Illustration
Certains électeurs de Besançon ont préféré profiter du soleil plutôt qu'aller voter. Illustration © Maxppp - SIMON DAVAL / MAXPPP

Le Doubs n'a pas échappé à la vague abstentionniste ce dimanche. A 20h, 55,52% des électeurs ont boudé les bureaux de vote. A Besançon, les abstentionnistes désignent le manque de représentativité, mais aussi un ras-le-bol des élections.

Pour eux, le rendez-vous n'était pas au bureau de vote, mais à la pétanque ce dimanche. Chantal, Jean-Luc, Kévin et Florent ont profité du soleil pour prendre l'air dans les rues de Besançon. Ils ont choisi de s'abstenir pour ce deuxième tour des élections législatives. Ils dénoncent un manque de représentativité et la ressemblance entre plusieurs candidats se revendiquant de la majorité présidentielle.

Paroles d'abstentionnistes à Besançon

Un choix politique partagé par un grand nombre d'électeurs du Doubs. Ce dimanche, le taux de participation était faible. 44,48% des électeurs ont mis un bulletin dans l'urne pour ce second tour des législatives. En 2012, l'abstention s'élevait à 40,42%.

Pour Patrick Genre, maire de Pontarlier, l'abstention "pose un vrai problème sur cette démocratie pour laquelle on se bat tous les jours". Le maire divers droite et soutient d'Annie Genevard, députée LR de la 5ème circonscription du Doubs, est inquiet de ces forts taux d'abstention, antonyme de représentativité.

Patrick Genre, maire de Pontarlier s'inquiète des forts taux d'abstention dans le Doubs

Pour certains, c'est la toute première fois qu'ils boudent l'urne. Voilà près de 40 ans que Chantal est électrice. Et cette année c'est une première, elle ne s'est pas déplacée dans son bureau de vote. Si elle a voté aux deux tours de l'élection présidentielle, en mai dernier, elle a préféré bouder les législatives. La faute... à la campagne électorale. "Faut arrêter la politique du matin au soir. Là, j'ai dit stop", avoue Chantal.

Chantal s'est abstenue pour la première fois

Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, Chantal a coupé "le poste, la télévision". Elle ne veut plus s'occuper de politique. Elle n'a même pas cherché à connaître les candidats de sa circonscription. Mais Chantal n'est pas totalement fâchée des élections : elle assure qu'elle ira voter aux prochaines élections. Ce qu'elle aimerait, c'est simplement avoir des élections plus espacées dans le temps. Prochain rendez-vous électoral, en septembre pour les élections sénatoriales.

LIRE AUSSI : La participation en baisse à 17h dans le Doubs, la Haute-Saône et le Jura au second tour des élections législatives