Politique

Dans le Poitou-Charentes, la nouvelle carte des régions fait l'unanimité contre elle

Par Typhaine Morin, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin, France Bleu Orléans, France Bleu Poitou et France Bleu Touraine mardi 3 juin 2014 à 12:14

Carte des régions
Carte des régions © IDÉ

La fusion des régions Centre, Limousin et Poitou-Charentes est loin de faire l'unanimité en Poitou-Charentes. Pour l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, ce choix est "inacceptable". Dominique Bussereau, ancien ministre des Transports, veut organiser un référendum. Et comme les élus, les chefs d'entreprises souhaitent un rattachement à l'Aquitaine.

François Hollande a finalement tranché ce lundi soir et en Poitou-Charentes, l'arbitrage du chef de l'Etat dans le redécoupage des régions soulève un tollé dans le Poitou-Charentes. Dès lundi soir, l'ancien Premier ministre de la Vienne, Jean-Pierre Raffarin, a jugé que la fusion de son ancienne région avec le Centre et le Limousin est "inacceptable ".

En Charente-Maritime, le président du Conseil général et ancien ministre des Transports Dominique Busserau souhaite organiser un référendum à l'automne. Il envisage même de faire sécession pour "partir ailleurs " . Avant cela, l'élu UMP veut adopter une position commune entre les quatre départements du Poitou-Charentes : la Charente, la Charente-Maritime, la Vienne et les Deux-Sèvres. Une réunion est d'ailleurs prévue ce vendredi pour affirmer leur unanimité sur ce sujet.

Dominique Bussereau : "Nous ferons un référendum"

Car pour les élus des deux Charentes et du Poitou, leur préférence va à l'Aquitaine, tout comme les chefs d'entreprises. Tous redoutent une perte d'influence dans cette région de 13 départements et plus de 5 millions d'habitants . "L'Aquitaine, c'est aussi une industrie aéronautique, que nous avons également sur Rochefort ", explique Jean-Claude Delaune, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rochefort et de Saintonge. "Il y a aussi le vignoble, donc forcément il y a des liens avec tout ce qui se fait à Bordeaux. "

En plus des liens économiques, les raisons d'un rattachement avec l'Aquitaine sont aussi pratiques : avec la ligne à grande vitesse, Angoulême est à seulement une heure de route de Bordeaux, alors qu'Orléans est à plus de trois heures. 

Les chefs d'entreprises des Charentes souhaitent un rattachement à l'Aquitaine