Élections DOSSIER : Les élections législatives 2017 en PACA

Législatives : dans les Bouches-du-Rhône, "Les Républicains" sauvent les meubles

Par Florent Le Saux, France Bleu Provence lundi 19 juin 2017 à 11:30

La députée Les Républicains de Marseille Valérie Boyer laisse éclater sa joie après avoir appris sa réélection dimanche soir
La députée Les Républicains de Marseille Valérie Boyer laisse éclater sa joie après avoir appris sa réélection dimanche soir © Maxppp - Florian Launette

Les Bouches-du-Rhône comptent neuf députés de La République en marche. Après un 1er tour souvent raté, Les Républicains limitent la casse avec cinq élus : Guy Teissier, Valérie Boyer à Marseille, ainsi que Bernard Deflesselles, Bernard Reynès et Eric Diard. Mais trois candidats tombent de haut.

Battu très séchement au premier tour, Guy Teissier, député sortant Les Républicains, a réussi une sacrée remontée dans la 6è circonscription des Bouches-du-Rhône. L'élu marseillais l'emporte avec 53,3 % des voix, contre 46,7 % pour Emilie Leprettre, la candidate En Marche : "C'est un ouf de satisfaction, c'est la reconnaissance du travail accompli. On mouille la chemise, on fait les sorties d'école, on fait trois apéritifs à domicile par jour, on serre les mains. On fait tout ce qui est possible de faire mais un homme seul n'est rien, il est au sommet d'une pyramide. Si j'ai gagné, c'est aussi grâce aux militants, je suis toujours émerveillé de leur engagement".

Merci aux militants

Egalement à Marseille mais dans la 1ère circonscription, soulagement également pour Valérie Boyer qui l'emporte assez largement avec plus de 55,1 % des voix face au candididat En Marche! Pascal Chamassian.

"C'est important de voir que Marseille résiste et que la plupart des députés Les Républicains de la ville qui étaient présents au second tour vont pouvoir retourner à l'Assemblée Nationale. J'ai une immense gratitude pour toutes ces personnes qui ont plié des cartons, tracté par 35 degrés et passé des coups de téléphone pendant des heures." - Valérie Boyer, vainqueur

Fin de règne pour Dominique Tian

Toujours à Marseille, Dominique Tian n'a pas réussi sa "remontada" après son mauvais score du premier tour (25,2 %). Le député sortant de la 2è circonscription des Bouches-du-Rhône est nettement battu par Claire Pitollat, de La République en Marche! qui obtient 54,7% des suffrages : "Je crois que c'est les électeurs traditionnels de droite qui nous ont lâché, qui m'ont lâché.

Ils avaient participé massivement à la primaire de la droite et ils ont été très déçus que leur candidats ne soient pas au second tour de la présidentielle. Cet électorat de droite a donc manifesté son désarroi, il m'a fait savoir qu'il ne voulait plus de député Les Républicains. Les candidats de droite réélus ont peut-être réussi mobiliser un autre type d'électorat plus populaire".

L'élu marseillais Dominique Tian ne posera plus de questions au gouvernement en tant que député pendant les 5 prochaines années - Maxppp
L'élu marseillais Dominique Tian ne posera plus de questions au gouvernement en tant que député pendant les 5 prochaines années © Maxppp - Vincent Isore

En lice pour 4è mandat de député, Dominique Tian a du mal à encaisser le choc :

"La défaite, on la vit forcément très mal. On se dit qu'on a pas su être au rendez-vous, même si ce n'est pas tout à fait vrai. Parce qu'une partie de l'électorat de droite a été sensible au message Macron." - Dominique Tian, battu

Mais l'élu marseillais prévient : "Les désillusions fiscales viendront très rapidement : hausse de la CSG et taxes très probablement inévitables pour compenser la dispense de taxe d'habitation pour 80 % des foyers. J'ai essayé d'alerter sur ces dangers mais je n'y suis pas arrivé."

Jean-Claude Gaudin refuse sa démission

Sous le coup de son immense déception, Dominique Tian a même proposé sa démission au maire de Marseille, "parce qu'il y a une part d'échec personnel, donc je ne voulais pas que ma défaite gêne la mairie. Mais Jean-Claude Gaudin a souhaité me garder, il m'a dit que je n'étais pas en cause et qu'on allait continuer à faire du bon boulot ensemble. Je le remercie de sa confiance."

Christian Kert battu de peu

Dans la 11è circonscription des Bouches-du-Rhône (comprenant notamment une partie d'Aix-en-Provence) Christian Kert peut nourrir d'avantage de regrets. A l'Assemblée Nationale depuis près de 30 ans, il perd de très peu : 49,05 % des voix, contre 50,95 % pour le candidat En Marche! pour Mohamed Laquila, qui lui rafle son siège de député pour moins de 600 voix d'écart .

"Le peuple a parlé, il y a une majorité certes moins écrasante que prévu mais il faut entendre les électeurs. J'aurais pu faire le choix de rejoindre En Marche! mais non, si je continue une vie politique, je resterai chez Les Républicains." - Christian Kert, battu

Christian Kert à l'entrée de la Salle des Quatre Colonnes de l'Assemblé Nationale : une image qui appartient désormais au passé  - Maxppp
Christian Kert à l'entrée de la Salle des Quatre Colonnes de l'Assemblé Nationale : une image qui appartient désormais au passé © Maxppp - Vincent Isore

Défaite aussi de Stéphane Paoli, candidat Les Républicains, qui n'obtient que 39,8 % face à la nouvelle députée En Marche Anne-Laurence Petel, notamment à Aix-en-Provence.

Hubert Falco fait bonne figure

Dans le Var, la République en Marche! décroche 6 des 8 circonscriptions du département. Un échec cuisant pour Les Républicains dans cette terre traditionnellement très ancrée à droite. Mais le sénateur-maire de Toulon Hubert Falco refuse de parler de fiasco : "Je ne me sens pas seul dans la famille Les Républicains du Var parce que nous avons deux élus. Il s'est quand même passé quelque chose en France, il y a eu une déferlante partout, qui n'a pas d'équivalent dans la Vè République. Mais Toulon a encore résisté, nous n'avons pas perdu de combat électoral depuis 2001. Cette bataille-là était certainement la plus difficile à gagner."

  - Aucun(e)