Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Décentralisation, statut des élus : "ça va dans le bon sens" estime Alain Dilis président de l'AMF en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Lors de sa conférence de presse à l'Élysée, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures pour une réorganisation de la démocratie. Le Président de la République souhaite par exemple renforcer le pouvoir des élus en France. "Un acte fort" pour Alain Dilis.

Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse
Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse © Maxppp - Maxppp

Laval, France

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français jeudi soir depuis l'Élysée. Une conférence de presse censée répondre à la crise des Gilets Jaunes avec des mesures concrètes. Lors de son allocution, le président de la République a exprimé le souhait de davantage de décentralisation dans le pays. Et particulièrement redonner un "statut digne de ce nom" aux maires de France. 

Par exemple, les fermetures d'écoles ou d'hôpitaux devront être soumises à l'autorisation des maires concernés. C'est une des propositions du Président de la République, et cela va dans le bon sens pour Alain Dilis, le président de l'association des maires en Mayenne. "C'est un acte fort et c'est bien là, la reconnaissance de la connaissance des maires qu'ils ont de leur territoire. Ces décisions devront être bien évidemment prises avec les services de l'État concernés, mais il ne s'agit pas de pouvoir figer les choses", explique l'élu. 

"On parle d'écoles, de familles, de patients, donc c'est simplement remettre l'humain et le maire au centre des décisions."

"Aujourd'hui on s'aperçoit qu'il faut faire confiance au maire, parce que c'est quelqu'un qui a des choses à proposer par rapport au déplacement des gens, à la densité de population. C'est inconvenant de faire 40 minutes pour aller rendre visite à une personne âgée dans un EHPAD. Il est inconvenant de faire une heure de route pour aller se soigner dans un hôpital. Il faut jouer l'humain et la proximité" termine Alain Dilis. 

Emmanuel Macron souhaite par ailleurs développer des maisons de services, véritables interfaces recensant les services d'aides à la population dans les cantons de la France. Un certain nombre de mesures seront proposées dans la réforme constitutionnelle dont les débats au Parlement commenceront cet été.