Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Déchéance de nationalité : la député de Bayonne Colette Capdevielle votera contre

jeudi 24 décembre 2015 à 17:48 Par Oanna Favennec, France Bleu Pays Basque

La député de Bayonne Colette Capdevielle est catégorique : elle votera contre l'inscription de la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux dans la Constitution. La socialiste vient de co-signer une tribune pour interpeller François Hollande et Manuel Valls.

Colette Capdevielle à l'Assemblée nationale.
Colette Capdevielle à l'Assemblée nationale. © Maxppp

Colette Capdevielle ne décolère pas depuis l'annonce du gouvernement de maintenir l'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux nés en France. La député socialiste de Bayonne est déterminée : hors de question qu'elle vote en faveur d'une telle mesure.

On touche à l'ADN de la gauche.

— Colette Capdevielle

Avocate de formation, Colette Capdevielle s'explique : "Je trouverai extrêmement grave que l'on modifie la Constitution pour mettre en place une inégalité entre les Français nés en France." "Je ne peux pas imaginer qu'en 2016 il puisse y avoir une telle rupture dans le concept même d'égalité", poursuit elle. 

►►► LIRE AUSSI | Un ténor du PS en Gironde, opposé à la déchéance de nationalité, se met en congé du parti

La député de Bayonne a signé une tribune avec quatre autres députés pour lancer un appel à François Hollande et Manuel Valls sur le sujet. C'est "un signal envoyé au Président de la République et au Premier ministre", explique-t-elle, alors que la mesure doit être examinée à l'Assemblée nationale à partir du 3 février prochain.

►►► LIRE AUSSI | Landes : Henri Emmanuelli favorable à la déchéance de nationalité pour les exilés fiscaux