Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Déchéance de nationalité : mesure inopérante pour l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic

jeudi 24 décembre 2015 à 19:00 - Mis à jour le vendredi 25 décembre 2015 à 16:01 Par Marie Mutricy, France Bleu

Le choix de François Hollande de conserver dans son projet de révision constitutionnelle la déchéance de nationalité crée un profond malaise à gauche, chez les militants, les élus et les syndicats, ainsi que l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic, vendredi.

Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste dénonce une mesure "inopérante"
Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste dénonce une mesure "inopérante" © Maxppp

François Hollande a tranché mercredi : la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux nés en France sera bien inscrite dans le projet de révision constitutionnelle. Le chef de l'Etat n'a pas souhaité se dédire de son annocne faite devant le Congrès le 16 novembre, trois jours après les attentats de Paris. La réforme doit également permettre d'inscrire l'état d'urgence dans la Constitution.

Mais la mesure sera "inopérante" prévient l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic **vendredi et met mal à l'aise à gauche :

**>> LIRE AUSSI : Déchéance de nationalité, en Gironde, un ténor du PS se met en congé du parti

**>> LIRE AUSSI : Déchéance de nationalité : des militants quittent le parti socialiste dans la Loire

**>> LIRE AUSSI : Déchéance de nationalité : dans les Landes, Henri Emmanuelli la demande également pour les exilés fiscaux

**>> LIRE AUSSI : Déchéance de nationalité : la député de Bayonne Colette Capdevielle votera contre

Malaise à gauche

Dans La Voix du Nord de vendredi, l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic, aujourd'hui vice-président au tribunal de grande instance de Lille est sorti de sa réserve pour fustiger une mesure à ses yeux inopérante : 

On n'exporte pas un terroriste ! Que se passera-t-il si l'Algérie, les Etats-Unis nous adressent des déchus ? Allons-nous les accepter ?En réalité, c'est faire beaucoup de bruit pour rien et risquer, vraiment, de fabriquer des apatrides.

La mesure ne sera d'aucune efficacité contre le terrorisme estime jeudi le Parti communiste français. L'inscrire dans la Constitution française "fait courir le risque d'un régime d'exception permanent" critique le porte-parole du parti, Olivier Dartigolles. 

La CFDT estime que c'est "une décision détestable qui ne résout rien". 

La maire de Lille, Martine Aubry, dénonce elle "une remise en cause du droit du sol", idée "portée depuis longtemps par le Front national". A l'Assemblée nationale, le député socialiste fondeur Pascal Cherki votera contre car il reste "fidèle à ses convictions et à ses valeurs". 

La maire de Paris, Anne Hidalgo s'y oppose sur Twitter :

Patrick Klugman, avocat de nombreuses victimes du terrorisme et adjoint socialiste à la mairie de Paris dénonce dans Libération un "projet contre-nature" qui "heurte les principes les mieux établis sans offrir une once de sécurité supplémentaire".

L'eurodéputée écologiste Eva Joly accuse le chef de l'Etat de "jouer sur le populisme". "Voter contre s'impose" a martelé la coprésidente des députés écologistes Cécile Duflot. 

Jean-Luc Mélanchon, co-fondateur du Parti de gauche, estime sur son blog que "l'équipe Hollande-Valls a consommé sa propre déchéance morale".