Politique

Déclarations d'Yves Nicolin sur les migrants : indignation générale et... silence à droite

Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu lundi 7 septembre 2015 à 17:59

Sans le nommer directement, le préfet de la Loire a rappelé le député à l'ordre
Sans le nommer directement, le préfet de la Loire a rappelé le député à l'ordre © Max PPP

Les déclarations du maire de Roanne, qui veut bien accueillir des migrants dans sa ville à condition qu'ils soient chrétiens, suscitent de nombreuses réactions dans tout le pays. Le préfet de la Loire, sans nommer directement Yves Nicolin, fait une mise au point très claire.

Yves Nicolin, le maire de Roanne, va s'expliquer ce mardi sur France Bleu Saint-Étienne Loire après ses déclarations sur les migrants qui ont provoqué une vague d'indignation. Dans une interview accordée à notre radio, le député-maire de Roanne a expliqué qu'il était prêt à accueillir des migrants dans sa commune, mais à condition qu'ils soient de confession chrétienne, pour "être certain que ce ne soit pas des terroristes".

Yves Nicolin, maire de Roanne (Les Républicains)

"Ce que je souhaite, c'est avoir la certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés. Demander à ce que ce soit des chrétiens peut représenter une garantie suffisante" (Yves Nicolin, le maire de Roanne, sur France Bleu Saint-Étienne Loire)

Marie-Hélène Riamont, conseillère municipale d'opposition socialiste à la ville de Roanne, tête de liste dans la Loire pour les élections régionales, dénonce les propos du maire de Roanne.

Marie-Hélène Riamon dénonce les propos du maire de Roanne

"J'ai été proprement choquée, indignée, je dirais même abasourdie de ces propos. Ils sont inadmissibles, je dirais même illégaux. De nombreuses dispositions dans notre droit pénal et européen prévoient la protection des personnes et leur non-discrimination au titre de la religion. Je suis aussi peinée de ces propos que ne ressemblent en rien aux Roannais et aux Ligériens que je connais bien , et qui ont une tradition d'accueil et d'accompagnement des familles en difficultés. Ces propos sont inadmissibles" (Marie-Halène Riamont, tête de liste PS dans la Loire aux élections régionales)

Sur les réseaux sociaux, les réactions sont nombreuses :

Pour la Ligue des droits de l'homme, il s'agit clairement de propos discriminatoires :

Fait rarissime, le préfet de la Loire,, qui entretient des relations très normales avec le maire de la deuxième commune du département de la Loire, s'est exprimé sur le sujet ce lundi après-midi. Dans un communiqué, Fabien Sudry salue les maires du département "qui ont fait preuve très vite d'ouverture et de mobilisation", mais surtout, sans jamais le nommer directement, il dénonce clairement les propos d'Yves Nicolin :

"Conformément à nos règles et nos principes républicains, l'accueil des réfugiés ne saurait toutefois se faire sur une base discriminante, basée sur la religion par exemple" (Fabien Sudry, préfet de la Loire, dans un communiqué)

Quant aux Jeunes socialistes de la Loire ont "tenu à dénoncer les propos discriminatoires et profondément anti-musulmans du député-maire de Roanne", en éditant un visuel pour lui rappeler  "les fondements moraux de la Loi de séparation de l'Église et de l'État".

En revanche, à droite pour l'instant c'est silence radio. France Bleu Saint-Étienne Loire a sollicité les réactions de Nathalie Koscuiusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy et du Président des Républicains dans la Loire Dino Cinieri. Aucun n'a souhaité répondre à nos questions. Les déclarations du premier magistrat de Roanne semblent causer du trouble, surtout à trois mois des élections régionales.