Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Déjà agressée verbalement, la maire de Lhommaizé va répondre au questionnaire du Sénat sur l'insécurité des maires

-
Par , France Bleu Poitou

En 24 ans de mandat, Jacqueline Arthus n'a jamais été agressée physiquement, mais elle s'est retrouvée plusieurs fois dans des situations tendues face à des administrés agressifs. Le maire de Lhommaizé, dans la Vienne, va donc répondre au questionnaire du sénat sur l'insécurité des maires.

La mairie de Lhommaizé dans la Vienne
La mairie de Lhommaizé dans la Vienne © Radio France - Isabelle Rivière

Lhommaizé, France

Plus d'une semaine après la mort du maire de Signes, sans le Var, le sénat veut prendre la mesure du malaise des élus locaux face à la montée des incivilités, voire des agressions à leur encontre. C'est ce que révélait le JDD dans sa dernière édition. La commission des lois va envoyer un questionnaire à tous les édiles de France. Il s'agit de demander aux 35.000 maires de France de témoigner des risques qu'ils rencontrent dans l'exercice de leur mandat. Dans la Vienne, Jacqueline Artus, la maire de Lhommaizé entend bien y répondre. 

"Aujourd'hui tout est de la faute du maire..."

D'abord, parce qu'en 24 ans de mandat, elle a constaté clairement une évolution dans le comportement des administrés. "Aujourd'hui, tout est de la faute du maire. Dès qu'on a un problème, on va frapper à la porte de la mairie", dit-elle. 

"En plus des dossiers communaux, on passe un temps fou à régler les pépins du quotidien : les déchets déposés n'importe où et n'importe quand, le chien du voisin qui fait trop de bruit, les problèmes d'urbanisme et les gens qui ne comprennent pas pourquoi on leur a refusé tel ou tel projet. "

Des agressions verbales mais pas physiques

Jacqueline Artus n'a jamais été agressée physiquement, mais verbalement... oui, de plus en plus. Alors quand elle sait qu'un rendez-vous risque d'être tendu, elle s'arrange pour y aller avec un adjoint.  L'élue essaie toujours d'expliquer les choses pour calmer les individus. Mais ce n'est pas toujours évident, explique t-elle. 

"Le drame de Signe, ça aurait pu m'arriver"

La mort du maire de Signes, dans le Var, l'a touchée : "Je ne pensais pas qu'on puisse en arriver là", souligne-t-elle. "Je me suis dit : ça aurait pu m'arriver !" Elle même s'est retrouvé à gérer un problème de déchets sauvages. "Les coupables n'étaient pas là ce jour-là, heureusement pour moi" ponctue-t-elle. 

Faire évoluer le statut des maires

Ce questionnaire du sénat, Jacqueline Artus va donc le remplir. Mais elle espère vivement que cela fera avancer la question du statut de l'élu. C'est une fonction de plus en plus exigeante, qui nécessite des aides et des accompagnements parfois. 

Quant à savoir si elle se représentera l'an prochain, Jacqueline Artus, élue à Lhommaizé en 1995, ne sait pas. Elle y réfléchit encore.