Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Bordeaux : de Juppé à Florian

Démission d'Alain Juppé à Bordeaux : "J'ai cru qu'on était le 1er avril !"

mercredi 13 février 2019 à 23:03 Par Camille Huppenoire et Laurine Benjebria, France Bleu Gironde et France Bleu

Alain Juppé quitte la mairie de Bordeaux. L'annonce, soudaine, a interloqué ses administrés. Qu'ils apprécient ou non le futur ex-maire, son départ ne les laisse pas indifférents.

Alain Juppé au marché de Noël de Bordeaux en décembre 2018.
Alain Juppé au marché de Noël de Bordeaux en décembre 2018. © Maxppp - Cottereau Fabien

Bordeaux - France

Stupéfaction dans la capitale girondine. Alain Juppé a annoncé ce mercredi qu'il allait quitter la mairie de Bordeaux et rejoindre le Conseil constitutionnel. Une annonce qui a pris de court ses administrés. Certains ont même refusé d'y croire. Claude, 86 ans, Bordelais depuis toujours, l'a appris par un ami, et a pensé que ce dernier lui faisait une blague : "J'ai cru qu'on était le 1er avril ! Je n'ai pas compris pourquoi Monsieur Juppé abandonnait notre belle ville..." Marc, qui vit à Bordeaux depuis quelques années, renchérit : "C'est très soudain...il laisse un peu tomber la ville pour un poste qu'il désirait plus."

Son métier, c'est être maire de Bordeaux ! - Camille, 14 ans

Les plus jeunes sont peut-être les plus interloqués. "Mais ça a toujours été Alain Juppé !" s'exclame Camille, 14 ans. "Pour moi il allait rester encore super longtemps...son métier c'est ça, être maire de Bordeaux." Sophie, qui est née presque en même temps que l'arrivée d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, en 1995, n'en revient pas : "Je n'ai connu que lui, finalement." La jeune femme est un peu émue : "Les belles choses qu'il a faites pour Bordeaux...je suis triste qu'il quitte définitivement la mairie. Mais après, le poste qu'il occupera...c'est bien pour lui !

Je suis curieuse de savoir qui va prendre la suite - Florence

De nombreux Bordelais saluent les actions d'Alain Juppé en tant que maire. Il est l'élu qui a métamorphosé la ville.  Dès son arrivée en 1995, il met fin au projet de métro, lui préfère le tram. Des travaux sur les quais, et le miroir d'eau, réconcilient les Bordelais avec la Garonne, qui voit arriver de nouveaux ponts. Autant de réussites qui rendent d'autant plus incompréhensible, pour Jean-Luc, la décision de partir : "Il a fait tellement de belles choses..." Jean-Claude approuve, sous Juppé, "Bordeaux a complètement changé de beauté, d'organisation." 

Florence, elle, s'inquiète immédiatement de la poursuite de la politique d'Alain Juppé pour la ville. "Je suis curieuse de savoir ce qui va se passer, qui va prendre la suite."

Doit-on le remercier pour le plan de circulation ? Je ne crois pas !

Beaucoup de compliments pour Alain Juppé...mais aussi des critiques. Avec le tram et le développement des voies piétonnes, les voitures n'ont plus beaucoup de place en centre-ville. "Doit-on le remercier pour le plan de circulation ?" demande Jean, ironique. "Je ne crois pas!" Embouteillages, manque de stationnement, transports en commun bondés aux heures de pointe...et hausse des prix de l'immobilier, sont autant de reproches adressés à Alain Juppé. 

Certains s'interrogent aussi sur la soudaineté de l'annonce. Jean-Claude se demande si les manifestations des gilets jaunes dans le centre-ville n'ont pas précipité le départ d'Alain Juppé. "Est-ce que sa façon de gérer ce mouvement populaire est à l'origine [de son départ] ? On pourrait s'interroger..."