Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Démission de Nicolas Hulot : "c'est tout à fait compréhensible" déclare Serge Lepeltier

mardi 28 août 2018 à 15:56 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

L'ancien maire de Bourges Serge Lepeltier réagit à l'annonce ce mardi de la démission du ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot.

 L'ancien maire de Bourges Serge Lepeltier
L'ancien maire de Bourges Serge Lepeltier © Maxppp - Photographe: Thomas Padilla

Bourges, France

"Je ne suis pas particulièrement surpris". Pour Serge Lepeltier, ancien maire de Bourges, ancien ministre de l'Ecologie de Jacques Chirac, la démission de Nicolas Hulot "est tout à fait compréhensible". Faut-il y voir selon lui un constat d'échec du gouvernement ? "Ce n'est pas un constat d'échec en soit, mais c'est qu'on ne va pas assez loin aussi bien en réduction de gaz à effet de serre qu'en matière de biodiversité et avec la biodiversité, c'est la relation à l'agriculture qui est en question", déclare-t-il sur France Bleu Berry. Qui pour le remplacer ? "Il faut quelqu'un de très positif dans le but de l'environnement, mais qui soit suffisamment fort politiquement pour s'opposer à certaines non-décisions".

"On en va pas assez loin en matière d'écologie"

Autre réactions politiques en Berry

Pour le député du Cher Loic Kervran (majorité présidentielle), "la décision de Nicolas Hulot, difficile, douloureuse, mais sincère et désintéressée, force le respect. Tout comme l’ensemble de son action au gouvernement", écrit-il sur Twitter.

Pour Pascal Blanc, le maire de Bourges, membre du mouvement radical : "une fois encore, cela démontre le peu d’intérêt que portent les gouvernements successifs français depuis des années à cette grande cause pour l’humanité."

Aymeric Compain, conseiller municipal d'opposition à Châteauroux, membre de la France Insoumise ironise : "Finalement la chose la plus écolo dans la Macronnie sera sa décomposition (...) Nicolas Hulot, aura mis du temps, mais il a pris la bonne décision. Macron avait reconnu qu'il n'avait ni programme ni vision sur les enjeux écologiques".

"La leçon c'est une fois de plus qu'il n'y a pas de sauveur suprême : les lobbies et les multinationales responsables d'écocide ne connaissent que le rapport de force. Sans une exigence plus forte de la population, sans mouvements sociaux environnementaux plus puissants (...) on ne fait pas reculer les lobbies et les multinationales responsables d'écocide", écrit sur Facebook Jean Delavergne, ancien conseiller régional EELV.