Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Démission de Nicolas Hulot : "c'est un tournant dans le mandat d'Emmanuel Macron", selon Éric Piolle, maire de Grenoble

mardi 28 août 2018 à 17:26 Par Denis Souilla, France Bleu Isère

Éric Piolle a réagi mardi après démission surprise de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique. Le seul maire écologiste (EELV) d'une métropole en France dénonce le "cynisme" du gouvernement "ultra-libéral d'Emmanuel Macron". Il y voit aussi un "tournant" dans le mandat du président.

Éric Piolle, maire de Grenoble (EELV)
Éric Piolle, maire de Grenoble (EELV) © Radio France - Denis Souilla

Grenoble, France

Que pensez-vous de cette démission de Nicolas Hulot ?

Éric Piolle : Les défis de notre temps n'étaient pas du tout présents dans la campagne d'Emmanuel Macron. Il a le courage et la sincérité de sortir du gouvernement. L'engagement public, c'est le pouvoir d'agir, ce n'est pas endurer, encore moins subir. Dans cette année, qui a été très difficile, il a été très "isolé", c'est ce qui ressort de son expression. 

"L'engagement public, c'est le pouvoir d'agir, ce n'est pas endurer, encore moins subir" — Éric Piolle, maire de Grenoble

Il a quand même fait avancer des dossiers : l'arrêt du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l'annonce de la sortie des véhicules à essence pour 2040, donc c'était sa volonté de mettre la France sur des rails irréversibles, dans la bonne direction. C'était un choix courageux d'entrer au gouvernement.

"Nicolas Hulot est parti et Emmanuel Macron et son gouvernement sont là, entourés des lobbys" — Éric Piolle, maire de Grenoble

Avez-vous été surpris de cette démission ?

Personne ne peut dire qu'il s'y attendait. On s'est eu la semaine dernière. Il posait les mêmes termes en disant qu'il n'avait pas pris sa décision, donc clairement, c'est une décision intime. Je crois que cette décision marque un tournant dans le mandat d'Emmanuel Macron. Il a ce slogan sur le "nouveau monde" mais ce n'est qu'un slogan. Le "nouveau monde" c'était Nicolas Hulot. Nicolas Hulot est parti et Emmanuel Macron et son gouvernement sont là, entourés des lobbys, face à leurs propre cynisme.

Éric Piolle, maire de Grenoble - Radio France
Éric Piolle, maire de Grenoble © Radio France - Denis Souilla

Peut-ont vraiment faire bouger les choses en matières d'écologie ?

Cécile Duflot et Nicolas Hulot ont fait bouger les choses. Cela montre que la présence d'écologistes pour réformer et transformer l'État est indispensable et utile. Mais on a aussi entendu que Nicolas Hulot souhaitait aussi que sa décision soit l'occasion d'un rebond. Je crois que c'est ça dont nous devons tous nous saisir aujourd'hui. La transition écologique c'est notre défi à toutes et à tous. 

J'entends son appel et je lance un appel. D'abord aux gens. Nous pouvons agir, tous, par nos choix, nos colères, au quotidien. Je lance aussi un appel aux élus, aux formations politiques, ne pas laisser les institutions assez cyniques à Pierre*, à Yannick*, à Jean-Luc*, à Benoît*, à Delphine*, à Olivier*... Il y a là matière à nous retrouver sur un socle commun pour saisir l'importance de l'enjeu qu'il y a devant nous. 

"Nicolas Hulot souhaitait aussi que sa décision soit l'occasion d'un rebond" — Éric Piolle, maire de Grenoble

Mon appel, il est aussi à destination de la société civile. (...) Il faut voir comment transformer le monde, cette envie de tous les humanistes, cette envie des gens de voir se dessiner pour tout de suite et pour demain un peu de bonheur et de solidarité, un peu de respect de l'environnement. 

Nous devons tous, élus et société civile, nous rassembler. Nous pouvons le faire à Grenoble. Je suis près à les accueillir pour échanger autour de cela. C'est dans les villes que les choses changent aujourd'hui. On le voit à Barcelone, à Sheffield, à Amsterdam, à Innsbruck ou dans les villes non-alignées aux États-Unis, il y a là une capacité d'agir.

Éric Piolle, maire de Grenoble - Radio France
Éric Piolle, maire de Grenoble © Radio France - Denis Souilla

Vous appelez donc à des états généraux à gauche ?

L'éventail est extrêmement large. Il y a aujourd'hui une majorité culturelle, une attente, une aspiration qu'il nous faut transformer également en majorité politique. (...) Tous ceux qui sont en opposition à la politique d'Emmanuel Macron et qui se reconnaissent dans la logique d’environnement, de solidarisé et citoyenneté, cet espace-là est extrêmement large.

C'est quand même un coup dur pour l'écologie ?

Oui, c'est un coup dur, mais celé dévoile ce qu'est le gouvernement d'Emmanuel Macron, à savoir un gouvernement de cyniques qui sont en train de raviver un modèle que l'on sait dépassé, qui nous entraîne dans le mur. Peser entre les décisions qui peuvent se prendre de l'intérieur ou de l'extérieur, il n'y avait que Nicolas Hulot qui pouvait prendre cette décision dans l'intimité de ce qu'il pense.

Quelqu'un peut-il le remplacer ?

Ça c'est la crise qu'a à gérer Emmanuel Macron, c'est son problème, pas le mien. Il est face à son propre échec, face à ces choix, ces choix de cynique, cette politique ultra-libérale et sécuritaire. Évidemment, elle a dés conséquences et ces conséquences ne sont pas que des conséquences de relations humaines. Les choix politiques sont là et ils nous amènent dans une impasse.

Éric Piolle, maire de Grenoble - Radio France
Éric Piolle, maire de Grenoble © Radio France - Denis Souilla

___________________________________________

*Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français
*Yannick Jadot, député européen Europe Écologie Les Vert
*Jean-Luc Mélenchon, député La France Insoumise, fondateur du Parti de gauche
*Benoît Hamon, fondateur du mouvement "Génération.s"
*Delphine Bathot, députée "Nouvelle gauche", présidente de Génération écologie
*Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste