Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Démission de Nicolas Hulot : réactions en Drôme Ardèche

mardi 28 août 2018 à 10:59 - Mis à jour le mardi 28 août 2018 à 16:41 Par Florence Gotschaux, France Bleu Drôme Ardèche

Après l'annonce surprise de Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique, de quitter le gouvernement, ce mardi matin, les élus réagissent en Drôme et en Ardèche. La République en Marche se fait en revanche plus discrète.

Nicolas Hulot à sa sortie du conseil des ministres le 25 juillet dernier.
Nicolas Hulot à sa sortie du conseil des ministres le 25 juillet dernier. © Maxppp - Julien Mattia

Il n'y pas que les politiques qui réagissent à la démission de Nicolas Hulot sordres climatiques", c'est ainsi que Nicolas Hulot justifie sa démission du ministère de la transition écologique.

Il l'a annoncé ce mardi matin chez nos confrères de France Inter. 

Il jette l'éponge après un peu plus d'un an au gouvernement. Une annonce surprise : personne n'était au courant, ni le Président, ni le premier ministre, ni même son épouse.
Faute d'avancées suffisantes en matière d'environnement,  Nicolas Hulot préfère quitter son poste... et la politique.  

Depuis, les réactions se multiplient. L'eurodéputée écologiste drômoise Michèle Rivasi salue son courage. "Il ne pouvait plus servir de caution et avaler des couleuvres", dit-elle.

Le député ardéchois LR Fabrice Brun salue aussi l'ex-ministre. "Nous n’étions pas d’accord sur tout mais il restera le ministre qui _nous a aidé à tordre le cou au gaz de schiste_. Une victoire pour l'Ardèche et les générations futures".  

De son côté Hervé Saulignac, le député socialiste ardéchois, estime que le départ de Nicolas Hulot est une mauvaise nouvelle. "Ce ministre incarnait une volonté réelle, une vision et un espoir pour la planète. Il était probablement dans ce marigot le seul spécimen du nouveau monde."

En revanche les élus La République en Marche ont mis plus de temps à réagir, après l'annonce surprise de Nicolas Hulot. Une démission qui prend de court les membres du gouvernement et de la majorité.

Réactions plus discrètes des élues LREM

En milieu d'après-midi, dans un communiqué, la députée LREM de la Drôme, Mireille Clapot rend hommage au désormais ex-ministre : "Ses convictions écologiques ont fait avancer plusieurs questions. Gouverner c'est accepter des compromis, et c'est peut-être difficile pour un militant authentique tel que Nicolas Hulot. Entendons son insatisfaction et regardons vers l'avenir".

Alice Thourot, députée LREM de Montélimar, tient à "le remercier de son travail dans l'équipe gouvernementale". "_Etre ministre est une tâche difficile et particulièrement prenante_. Je regrette simplement son départ".

Les associations environnementales regrettent son départ

Il n'y pas que les politiques qui réagissent à la démission de Nicolas Hulot. Les associations environnementales, pour beaucoup, regrettent cette décision. Le Valentinois François Sarano, ancien de l'équipe Cousteau et actuel président de l'association Longitude 181 se dit "triste". "Triste pour lui, parce que c'est un homme de convictions. Triste aussi parce que nous les associations et la société civile n'avons pas su lui donner les armes pour qu'il puisse agir dans ce gouvernement. _C'est un peu notre faillite collective_.   Je suis aussi en rage de voir que la France est à genou devant les lobbies des armes et de l'argent. Les lobbies plus forts que la société civile, je trouve ça navrant".

Quel successeur?

La question qui se pose maintenant, c'est qui sera nommé à la place de Nicolas Hulot, au ministère de la transition écologique.
L'Elysée a annoncé, en fin de matinée, qu'il y aura un remaniement ministériel, mais "pas dans l'immédiat".

  - Visactu
© Visactu -