Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Démission refusée par le préfet : le maire de Donnery reste finalement en place

mardi 11 septembre 2018 à 9:12 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

Le 6 août dernier, Daniel Chaufton démissionnait de ses fonctions de maire, excédé par les problèmes d'installations illégales de gens du voyage. Mais le préfet vient de refuser cette démission : Daniel Chaufton décide de rester maire, avec le sentiment d'avoir suscité une prise de conscience.

"Je pense que cela a fait un peu avancer les choses" - Daniel Chaufton
"Je pense que cela a fait un peu avancer les choses" - Daniel Chaufton © Radio France - François Guéroult

Donnery, France

Le maire de Donnery reste finalement à son poste... Le 6 août dernier, Daniel Chaufton (divers droite), avait démissionné avec fracas pour exprimer son ras-le-bol dans le dossier des gens du voyage, avec des installations illégales de caravanes toujours plus nombreuses sur sa commune, située à l'Est d'Orléans et qui compte 2 800 habitants. Mais le préfet a refusé cette démission, et Daniel Chaufton a décidé du coup de rester maire : il s'en est expliqué ce matin sur France Bleu Orléans.

Le préfet s'engage par écrit

Sa démission au milieu de l'été avait marqué les esprits. Daniel Chaufton exprimait alors sa lassitude après avoir subi sur sa commune de Donnery 4 installations illégales de gens du voyage en l'espace de 4 mois. Sans pouvoir y faire grand chose : les procédures d'expulsion sont longues - au moins une semaine - et même aléatoires car le Loiret est dans l'illégalité, les aires de grand passage, obligatoires depuis 2000, n'ont été choisies qu'en mai dernier  - St Cyr-en-Val, Meung-sur-Loire et Nevoy - et elles ne verront pas le jour avant 2020. 

Dans un courrier en date du 5 septembre, le préfet a refusé cette démission du maire de Donnery, tout en concédant que "cette démission a appelé l'attention sur la nécessité de mieux organiser l'accueil des gens du voyage en achevant le schéma départemental". Daniel Chaufton avait la possibilité de réitérer cette démission, qui, cette fois, serait devenue définitive. Mais il a finalement choisi de rester maire : "Je pense que cet épisode a un peu fait avancer les choses, estime Daniel Chaufton. Le préfet m'a assuré qu'en 2020 l'aménagement de ces aires de grand passage serait bien achevé." Et de préciser : "Je ne regrette pas ma réaction du mois dernier, j'étais vraiment dépité, désarmé, et je n'étais plus cohérent avec la population. Il y avait vraiment un ras-le-bol, et j'ai eu beaucoup de soutien de la part de mes maires collègues du Loiret."

Le soutien des habitants a pesé

Si Daniel Chaufton reste maire, c'est d'abord parce qu'il y a des projets à achever qui lui tiennent à cœur - notamment de nouveaux vestiaires pour le stade de Donnery, touché par les inondations de 2016. Mais aussi parce qu'il a reçu beaucoup de marque de sympathie des habitants, une pétition avait même été lancée en ligne : "Je ne pensais pas avoir autant de soutiens, surtout en période de vacances, et cela a évidemment pesé dans ma décision de rester."

L'intégralité de l'interview de Daniel Chaufton est disponible ici.