Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Démutualisation : ville de Rethel et Pays Rethélois ne se partagent plus d’agents

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

C'est l'une des conséquences du résultat des élections municipales de juin dernier à Rethel. Les services de la ville et de la communauté de communes du Pays Rethélois se séparent à partir du 1er janvier. C'est ce qu'on appelle une démutualisation.

Hôtel de ville de Rethel
Hôtel de ville de Rethel - Capture d'image Google Street View

Pays Rethélois et ville de Rethel font bande à part à compter du 1er janvier 2021. La démutualisation est actée. 42 agents qui partageaient leur temps de travail entre les deux collectivités travailleront désormais à plein temps pour la ville de Rethel. 

Joseph Afribo : "Rethel était une coquille vide"

Pour Joseph Afribo, le nouveau maire de Rethel, il s'agit de se donner les moyens d'agir sans dépendre du Pays Rethélois présidé par son adversaire battu lors des dernières élections municipales, Renaud Averly. "Quand je suis arrivé, hormis la police municipale et le centre communal d’actions sociales, il ne restait plus que 12 agents à la ville", souligne Joseph Afribo. "On ne servait plus à rien. Il fallait que je passe par le Pays Rethélois pour le moindre travail de fleurissement ou problème de voirie».

Joseph Afribo, maire de Rethel
Joseph Afribo, maire de Rethel © Radio France - Alexandre Blanc

Rethel était une coquille vide. Ça ne pouvait pas continuer comme ça. Moi, je ne viens pas à la mairie de Rethel pour me tourner les pouces – Joseph Afribo, maire de Rethel

Avec le retour de 42 agents dans le giron municipal, Rethel récupérera la pleine gestion de ses services techniques, de l’urbanisme, de l’état-civil mais aussi de fonctions administratives comme l’assistance juridique ou la comptabilité. 

Renaud Averly : "rassembler permet d'avoir plus de compétences et de payer moins cher"

Pour le président, du Pays Rethélois, Renaud Averly, c’est au contraire l’union qui fait la force. Démutualiser revient à disperser les moyens en détricotant les équipes. 

Quand on démutualise, on perd des spécialités et c’est plus difficile d’avoir des équipes complètes. Des menuisiers, électriciens, plombiers pour une équipe bâtiment par exemple - Renaud Averly, président du Pays rethélois

S’ajoutent à cela les charges financières à supporter pour deux bâtiments, et non plus un seul. Les agents du Pays rethélois ont dû quitter l’hôtel de ville au mois de décembre et occupent désormais l’ancienne mairie de Sault-les-Rethel. 

En plus des postes issus de la démutualisation, la ville de Rethel a procédé à 7 recrutements. Entre 5 et 10 pour le Pays Rethélois. 

Renaud Averly, président de la communauté de communes du Pays rethélois
Renaud Averly, président de la communauté de communes du Pays rethélois © Radio France - Alexandre Blanc

Pour la Ville de Rethel, l’opération ne coûtera presque rien, se défend Joseph Afribo : "1,5 million d’euros, c’est l’équivalent de la dotation qu’on versait à la communauté de communes pour les emplois mutualisés". Le maire de Rethel reconnaît un léger surcoût de 170 000 euros pour racheter du matériel vétuste, ce que la commune pourra supporter sans problème. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess