Politique

Départementales 2015 : en Haute-Garonne, la gauche rafle la mise

Par Jean-Marc Perez, France Bleu Toulouse lundi 30 mars 2015 à 7:31

FBToulouse  les résultats en Hautes Garonne
FBToulouse les résultats en Hautes Garonne © Radio France

À l'issue du second tour des élections départementales en Haute-Garonne le Parti socialiste remporte 23 des 27 cantons issus du redécoupage et conforte son bastion. L'union de la droite et du centre ne l'emporte que dans trois cantons, le canton de Saint-Gaudens revient à un binôme divers gauche.

L'alliance PS-PRG rafle 8 des 11 cantons de Toulouse, remporte tous ses duels face au FN et les cinq triangulaires.  Elle bénéficie d'un report de voix "parfait" des électeurs écologistes, divers gauche, ou communistes. Pour la députée socialiste Monique Iborra "les socialistes ont su faire campagne sur leur bilan et leur projet sans renier le gouvernement"

La nouvelle assemblée comptera 46 élus PS-PRG, un binôme divers gauche et six élus union de la droite .

"Cette victoire nous oblige en terme de résultat." — Sébastien Vincini, premier fédéral du PS de Haute-Garonne Hier soir

Avec 46 élus, le PS et le PRG auront la majorité absolue. Jeudi la nouvelle assemblée élira son président. L'ancien maire de Nailloux et conseiller départemental d'Escalquens (en binôme avec Emilienne Poumirol) Georges Méric est candidat. Il fait office de favori, après le ralliement hier soir de Jean-Michel Fabre, face à l'ancien sénateur et conseiller départemental de Toulouse 9 Jean-Jacques Mirassou. Ce sont les militants PS qui désigneront le candidat d'ici mercredi.

Georges Méric commente le résultat du second tour, sa vision du département.

FBToulouse Invité Georges Méric - 6h/12h

La vague bleue s'arrête encore une fois aux portes de la Haute-Garonne et de Midi-Pyrénées

La droite veut voir le verre à moitié plein avec six conseillers départementaux toulousains élus sur Toulouse 4 (Carmes-Saint-Michel), Toulouse 10 (Balma-Guilleméry-Côte Pavé Port-Saint-Sauveur) et Toulouse 11 (Ramonville-Montaudran). Elle perd toutefois à Cazères, à Revel et Villemur. Dans les cantons où l'union de la droite et du centre a été éliminée dès le 1er tour le report de voix se fait autant vers le FN que vers le candidat de gauche.

Malgré tout le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, instigateur des candidatures d'union, maintient que c'était la meilleure stratégie possible.

FBToulouse invité Jean-Luc Moudenc - 6h/12h

Le FN ne rentre pas au Conseil départemental

Le FN rêvait de remporter un ou deux cantons en Haute-Garonne. Rêve déçu. Les candidats frontistes voient leurs scores progresser malgré tout de 1.000 à 1.900 voix suivant les cantons (+1.900 voix à Muret; + 1.700 à Blagnac ou Portet; +1.500 à Plaisance-du-Touch). En revanche ils perdent des voix dans les cinq triangulaires (entre 77 et 360 voix en moins entre les deux tours).

"23 % des électeurs haut-garonnais restent à la porte de la nouvelle assemblée." — Julien Léonardelli, secrétaire départemental FN 31

FBToulouse - invité FN - 6h/12h