Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales 2021 Loiret : LREM n'investit officiellement des candidats que dans quatre cantons

-
Par , France Bleu Orléans

La présence de la majorité présidentielle (LREM, Modem, Agir) lors des élections départementales de juin dans le Loiret sera plutôt rare : seulement 4 binômes ont été officiellement investis. Le signe que l'implantation locale du parti d'Emmanuel Macron reste encore timide, notamment en zone rurale.

6 candidats soutenus par LREM : Kathia Devouge, Mathieu Legrand, Claire Fradot, Amal Sayah-Henrion, Nicolas Bertrand et Marc Costys
6 candidats soutenus par LREM : Kathia Devouge, Mathieu Legrand, Claire Fradot, Amal Sayah-Henrion, Nicolas Bertrand et Marc Costys © Radio France - François Guéroult

Pour les élections départementales des 20 et 27 juin, on ne trouvera que quatre binômes ayant le soutien officiel de la République en Marche (LREM). quatre candidatures, alors que le Loiret compte 21 cantons : cela peut paraître étonnamment faible, pour le parti présidentiel.

Les régionales, plutôt que les départementales

"C'est un point de départ, commente Jihan Chelly, la référente départementale de LREM, l'implantation locale ne peut pas se faire du jour au lendemain mais se construit élections après élections. Nous n'existions pas en 2015, date du précédent scrutin ! Et nous préférons nous concentrer sur des candidatures solides et pertinentes, plutôt que d'avoir des candidats partout qui n'ont aucun enracinement local, comme le fait le Rassemblement National."

Ainsi Claire Fradot, candidate sur le canton d'Orléans 1 (Carmes-Madeleine), explique qu'elle voulait précisément se positionner sur le scrutin départemental : "C'est un vrai choix par rapport à la compétence sociale du Département. Je ne suis pas candidate pour faire de la figuration mais pour porter des propositions concrètes, sur l'accompagnement du RSA, le handicap." Quant à l'étiquette macroniste, elle l'assume : "Les valeurs pour lesquelles je suis entrée à la République en marche sont toujours les mêmes - le pragmatisme, l'Europe, le renouveau, changer les têtes et les pratiques, c'est ce pourquoi je me bats."

Reste que la majorité présidentielle a visiblement préféré privilégier les élections régionales, davantage médiatisées et au contenu plus politique. De manière significative, Jihan Chelly, mais aussi les députés Stéphanie Rist (LREM) et Richard Ramos (Modem) ont choisi de figurer sur la liste de Marc Fesneau au scrutin régional, plutôt que de se présenter aux élections départementales...

Quatre binômes et en fait un peu plus...

Dans le détail, trois binômes partiront sous la bannière "Alliance des Centres", avec le soutien de LREM, du Modem, mais aussi d'Agir et de Territoires de Progrès (parti créé par d'anciens membres du PS et qui soutient Emmanuel Macron) :

  • Orléans 1 (Carmes-Madeleine) : Claire Fradot et Mathieu Legrand
  • Orléans 2 (St Marceau) : Kathia Devouge et Marc Costys
  • La Ferté St Aubin : Amal Sayah-Henrion et Nicolas Bertrand (conseiller municipal de Ligny-le-Ribault)

S'y ajoute un binôme soutenu à la fois par LREM et la majorité départementale (centre et droite) qui gère le Loiret : Kadejat Dahou et Guillem Leroux sur le canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle. "Certains élus de la majorité départementale ne nous dérangent pas, fait d'ailleurs observer Jihan Chelly. Je considère ainsi que Marc Gaudet, l'actuel président, est un homme modéré et centriste ; mais ce n'est pas le cas de Marianne Dubois, députée LR, candidate en binôme avec lui, et qui est très éloignée de nos valeurs." D'autres candidats n'ont pas voulu de l'investiture LREM mais sont proches du parti présidentiel : c'est le cas de Fabienne Leproux sur le canton de Fleury-les-Aubrais et de Stéphanie Anton sur le canton Orléans-4 (Argonne-Bourgogne). 

Au final, la présence de LREM à ce scrutin départemental est donc très urbaine (le canton de la Ferté St Aubin inclut le quartier de la Source à Orléans) ; on peut même y voir un prolongement de l'élection municipale d'Orléans de juin 2020 puisque trois des candidats investis aux départementales participaient à la liste d'Olivier Carré (Claire Fradot, Marc Costys et Amal Sayah).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess