Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales dans le Val de Saire : 5 binômes pour une double succession

-
Par , France Bleu Cotentin

Le 20 juin prochain, les électeurs du canton du Val de Saire, auront le choix entre cinq binômes de candidats pour succéder aux conseillers départementaux sortants Christine Lebacheley et Jean Lepetit, qui ne se représentent pas à l'occasion de ce scrutin.

Le Val de Saire depuis le point de vue de La Pernelle.
Le Val de Saire depuis le point de vue de La Pernelle. © Radio France - Benoît Martin

C'est une élection qui s'annonce très ouverte dans le Val de Saire. Alors que les conseillers départementaux sortants Christine Lebacheley et Jean Lepetit ont décidé de ne pas briguer de nouveau mandat, cinq binômes sont en course pour leur succéder. Et difficile de dire qui sortira vainqueur. 

La droite et le centre-droit divisés

Si les conseillers du Val de Saire appartenaient à la majorité sortante de centre-droit, deux binômes concurrents s'inscrivent dans cette "filiation". C'est d'abord le cas du duo composé du conseiller municipal de Saint-Vaast-La-Hougue Yann Lepetit, et de Valérie Montrieul, adjointe au maire de Vicq-sur-Mer. A 36 ans, Yann Lepetit est le benjamin des candidats du canton. Fils du conseiller départemental sortant Jean Lepetit, ce fonctionnaire territorial est aussi impliqué depuis plusieurs années dans le monde associatif local notamment pour la promotion du territoire. Avec Valérie Montrieul, ex remplaçante de Christine Lebacheley, ils forment un binôme qui revendique le soutien des élus sortants, et s'inscrit dans la lignée de l'actuelle majorité départementale, avec l'ambition d'impulser du sang neuf dans la politique. 

Valérie Montrieul et Yann Lepetit, binôme "Nouvelle génération, Nouvelle énergie pour le Val de saire"
Valérie Montrieul et Yann Lepetit, binôme "Nouvelle génération, Nouvelle énergie pour le Val de saire" -

Sur le plan des idées, "nous voulons _faire du Val de Saire un territoire d'expérimentation_, en testant par exemple le principe d'une mutuelle cantonale pour les aînés, mais aussi l'idée d'un territoire zéro chômeurs de longue durée", explique Yann Lepetit. Et le candidat d'ajouter vouloir oeuvrer sur la question de la problématique d'accès aux soins, sur le chantier de l'internet haut-débit mais aussi viser le développement d'un tourisme réparti sur toute l'année. "Et pour mener notre action, nous serons au contact de la population et entièrement disponibles pour ce mandat qui mérite qu'on lui consacre du temps", conclut-il. Une façon de faire remarquer que d'autres candidats ont déjà des mandats très prenants. 

Le cercle du Cotentin dans la bataille

"Etre maire d'une petite commune, c'est tout à fait compatible avec un mandat de conseiller départemental. C'est même pertinent", répond Yves Asseline, le maire de Réville et vice-président de l'agglomération du Cotentin. En compagnie de sa collègue maire de Canteloup, Alexandrina Le Guillou, il compose l'autre binôme de droite et du centre-droit, soutenu à la fois par Hervé Morin, le président de la région Normandie, par Philippe Bas, membre de l'actuelle majorité départementale, ou encore par le Cercle du Cotentin

Yves Asseline et Alexandrina Le Guillou, binôme "Pour un Val de Saire fort et solidaire"
Yves Asseline et Alexandrina Le Guillou, binôme "Pour un Val de Saire fort et solidaire" -

Et ce binôme veut être le porte-voix des petites communes. "Il y a des aides pour les grandes villes, pour les bourgs, mais les villages de quelques centaines d'habitants n'ont rien. Il faut les aider", estime Yves Asseline. Le duo veut aussi des investissements pour sécuriser les routes en milieu rural, mais aussi défendre la présence des collèges partout dans le département, regrettant en l'occurrence la récente décision de fermeture d'un établissement à Sourdeval, dans le Sud-Manche. Dans son programme également, l'ambition de faire avancer le désenclavement du Val de Saire.

La Gauche en embuscade

En face de ce duel, le binôme de gauche représenté par Guillaume Marchand, infirmier libéral, et Françoise Medernach, principale adjointe à la retraite et maire de Varouville, peut profiter de la situation. "Je pense que la gauche ne s'arrête pas à Tourlaville! Il va falloir capter les voix de ces électeurs", souligne l'élue encartée au Parti socialiste, soutenue également par Europe Ecologie Les Verts . Le binôme veut parler solidarité durant cette campagne. "Le principal budget de la collectivité. Il faut mieux accompagner les publics qui ont droit à des aides mais l'ignorent trop souvent", estime Françoise Medernach. 

Guillaume Marchand et Françoise Medernach, binôme "La Manche nous rassemble"
Guillaume Marchand et Françoise Medernach, binôme "La Manche nous rassemble" -

Le binôme veut aussi assurer les meilleures conditions d'accès à l'autonomie pour les adolescents, mais aussi préserver l'environnement marin. Et dans sa manière d'exercer son mandat, veiller à plus de transparence dans les prises de décision du département. 

Un duo sans étiquette qui revendique son indépendance

Les électeurs auront aussi la possibilité de porter leurs voix sur le duo constitué par le maire de Saint-Pierre-Eglise, Daniel Denis, et la première adjointe de Saint-Vaast-La-Hougue, Brigitte Léger-Lepaysant. Par leurs personnalités, ils sont parfois étiquetés comme de gauche, mais Daniel Denis le précise, "nous nous présentons sans étiquette. Nous n'avons demandé aucun soutien et nous souhaitons rester libres". Une indépendance revendiquée et qu'ils comptent assumer en cas d'élection. "Si nous sommes choisis par les électeurs, nous voterons les décisions du Conseil départemental au cas par cas, en conservant notre liberté".

Daniel Denis et Brigitte Léger-Lepaysant, candidats sans étiquette
Daniel Denis et Brigitte Léger-Lepaysant, candidats sans étiquette -

Et sur le fond, le binôme compte travailler sur la question du handicap et de l'accompagnement des publics concernés. Il pointe aussi du doigt la problématique de la santé et d'un accès facilité pour tous. Enfin, il compte être en première ligne pour défendre le projet de désenclavement routier du Val de Saire. "Un projet existe, mais il n'avance pas. Il faut progresser tout en évitant l'artificialisation des terres". 

Le Rassemblement national avec des candidats hors canton

Enfin, dans ce canton du Val de Saire, les candidats du Rassemblement national ne sont pas connus. Pas étonnant. Olympe Pelletier et Jean-Paul Rodier représentent le parti de Marine Le Pen mais n'habitent pas sur le canton. La première vit à Saint-Lô, le second à Etienville. "Il n'y avait pas de candidats dans le Val de Saire mais nous trouvions importants de représenter le RN et donner le choix aux électeurs de voter pour ce parti", indique Jean-Paul Rodier. Sur le fond, le duo compte faire campagne sur le thème de l'insécurité. "Elle est de plus en plus présente notamment à Cherbourg. Il faut lutter pour éviter qu'elle ne s'étende aux territoires voisins".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess