Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales en Charente-Maritime : la droite et le centre bien placés pour conserver la présidence

-
Par , , France Bleu La Rochelle

L’abstention vire en tête du premier tour des élections cantonales de Charente-Maritime, avec 66,71 % de votants qui ne se sont pas rendus aux urnes. La droite et le centre sortent renforcés dans la majorité des cantons. La gauche se maintient tandis que le Rassemblement National recule.

Panneaux d'affichage électorale, à proxmité d'un bureau de vote de La Rochelle.
Panneaux d'affichage électorale, à proxmité d'un bureau de vote de La Rochelle. © Radio France - Julien Fleury

En Charente-Maritime, la droite et le centre sont aux portes de la présidence du département, en ballottage favorable dans 14 cantons sur 27. La grande gagnante reste tout de même l’abstention, avec 66,71 % de votants qui ne se sont pas déplacés.

Un scrutin plein de surprises

Le premier coup de théâtre, c'est le score "décevant" du Rassemblement national, bien plus faible qu'attendu en Charente-Maritime. Le parti de Marine Le Pen récolte 19,52% des suffrages dans le département, loin des 24% d'il y a six ans. Résultat : lui qui envisageait de se qualifier dans la majorité des cantons, n’est finalement présent au deuxième tour que dans sept d’entre eux, contre 12 lors du précédent scrutin.

Autre surprise, c'est un candidat très sérieux à la présidence de la Charente-Maritime qui se retrouve en difficulté, sur l'île de Ré. Lionel Quillet, pour qui la réélection sera tout sauf une formalité dimanche. Devancé par son grand rival de Rivedoux, Patrice Raffarin, qui réunit 43,50 % des voix, contre seulement 36,93 % pour Lionel Quillet.

Urne pour les élections régionales, à la mairie annexe de Mireuil à La Rochelle.
Urne pour les élections régionales, à la mairie annexe de Mireuil à La Rochelle. © Radio France - Julien Fleury

La Gauche et les Verts dominent à La Rochelle

Du côté de La Rochelle, ce sont les divisions entre fountainistes et falornistes qui créent aussi quelques surprises. Les candidats fountainistes se hissent au deuxième tour dans les trois cantons rochelais. En pôle position dans deux d'entre eux. En revanche, aucun falorniste ne peut se maintenir au deuxième tour. L'émiettement de la gauche (entre quatre et sept binômes dans les cantons rochelais) permet à la droite d'être au deuxième tour sur La Rochelle 2. Le binôme emmené par Bruno Léal (24,13%) arrive derrière celui des  fountainistes Marie Nédellec et Dominique Guégo (32%). Enfin, sur La Rochelle 3, ce sont les Verts qui virent en tête avec Jean-Marc Soubeste et Marion Pichot (28,19%), devant les fountainistes Josée Brossard et El Abbès Sebbar (22,28%). 

Le groupe écologiste et solidaire sera également présents dimanche prochain sur trois autres cantons : La Rochelle 1, Rochefort sans oublier l’Île d’Oléron : Annie Desreumaux et Grégory Gendre totalisent 28,97% des voix, loin derrière les maires oléronnais Dominique Rabelle et Christophe Sueur (48,55%) qui roulent pour la majorité départementale sortante.

Bureau de vote pour les élections départementales 2021, à la mairie annexe de Mireuil à La Rochelle.
Bureau de vote pour les élections départementales 2021, à la mairie annexe de Mireuil à La Rochelle. © Radio France - Julien Fleury

Un deuxième tour “ouvert” selon Dominique Bussereau

Les difficultés éprouvées par le Rétais Lionel Quillet sont une surprise pour beaucoup d'élus de Charente-Maritime, dont le président sortant Dominique Bussereau. Mais le patron du département reste optimiste et s'attend à un deuxième tour “ouvert”.

Il fait valoir que les niveaux record d'abstention incitent à rester prudents. L'actuel président du département fait confiance à Lionel Quillet pour "récupérer les suffrages manquant au deuxième tour”, notamment grâce à son comportement “combatif”.

À Châtelaillon-Plage, la réélection s'annonce sans problème dimanche pour l'autre candidate déclarée à la présidence, Sylvie Marcilly. La vice-présidente sortante du Département réunit 63,8% des suffrages devant la gauche, à 23,26%.

Un seul binôme réussit l'exploit d'être élu dès le premier tour, celui emmené par l'élu Divers droite Christophe Cabri à Jonzac, plus de 80,32% des voix % des voix. Loin devant la Rassemblement National, à 19,68 %.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess