Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales en Loire-Atlantique : "Les politiques ? Ils sont à la rue !" dénoncent les abstentionnistes

-
Par , France Bleu Loire Océan

"Déçu", "désabusé", "dégoûté" ; dans le canton de Saint-Herblain 2, où l'abstention, ce dimanche 20 juin au premier tour, frôle les 72%, les critiques pleuvent envers la classe politique. Les abstentionnistes évoquent leur lassitude et revendiquent leur absence dans les bureaux de vote.

A Saint-Herblain 2, l'abstention pour le premier tour de l'élection départementale 2021 avoisine les 72%.
A Saint-Herblain 2, l'abstention pour le premier tour de l'élection départementale 2021 avoisine les 72%. © Radio France - Sarah Mansoura

En arpentant les rues de la métropole nantaise, on peine quelque peu à trouver des électeurs. Dans le canton de Saint-Herblain 2, par exemple, moins de 30% des inscrits se sont déplacés aux urnes. Et parmi ces abstentionnistes, les raisons ne manquent pas. 

Des électeurs éloignés de la politique

Nombreux sont ceux qui tranchent rapidement. "Ca ne m'intéresse pas", glisse Mourad, en allant chercher son pain. Pour le jeune homme, aucun intérêt. D'ailleurs, il n'a pas de carte électorale. Un peu plus loin, Odile et Eugène se sentent également peu concernés. A tel point qu'ils ne savaient pas que les élections départementales avaient lieu ce dimanche 20 juin. "J'ai appris ça dimanche matin, en écoutant la radio France Bleu", confirme Odile, tout sourire. "On n'a pas été voter, on n'aurait pas trop su pour qui", renchérit son mari. "On n'a pas reçu beaucoup de programmes, donc bon..."

Maintenant, ces gens-là, on les voit pendant le mois avant l'élection, et après, on ne les voit plus.

Farid, lui, a pendant plusieurs années fréquenté les bureaux de vote. Mais ce jeune papa n'y croit plus aujourd'hui. "Que ce soit pour les départementales ou une autre élection, je n'y vais plus. J'ai toujours été déçu, je n'y crois plus. On vote, on vote, mais rien ne change. Les hommes et les femmes politiques, ce ne sont que des anciens, censément expérimentés, mais le monde a changé maintenant, il faut écouter la jeunesse !" Même son de cloche pour Momo, pour qui le rejet de la classe politique est désormais catégorique. "Depuis une dizaine d'années, tout a changé. Avant, on voyait les politiques sur le terrain, ils nous rencontraient, nous écoutaient. Maintenant, ces gens-là, on les voit pendant le mois avant l'élection, et après, on ne les voit plus", déplore-t-il. "Ils sont à la rue", tranche-t-il.

Xavier, lui, a été glisser un bulletin dans l'urne. Sans grande conviction. Cet électeur explique avoir davantage voté pour une couleur politique que pour un programme : "J'avoue que je ne me suis pas vraiment intéressé aux discours ou aux programmes des candidats. J'ai voté pour celui qui, à peu près, correspondait à ce que je voulais." Xavier raconte surtout sa déception face au corps politique, en Loire-Atlantique. C'est pour cela qu'il comprend les abstentionnistes. "Je ne peux pas en vouloir aux personnes qui s'abstiennent, étant donnée la piètre qualité des candidats et la piètre qualité de la politique qui nous a été montrée sur les dernières années". 

Je ne peux pas en vouloir aux personnes qui s'abstiennent, étant donnée la piètre qualité des candidats.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess