Politique

Départementales : le FN s'est maintenu dans 1.107 des 1.905 cantons restants

Par Julie Guesdon et Thibaut Lehut, France Bleu mercredi 25 mars 2015 à 11:09 Mis à jour le mercredi 25 mars 2015 à 18:15

Les élections départementales
Les élections départementales © MaxPPP

Le second tour des élections départementales, prévu ce dimanche, donnera lieu à 1.617 duels et 278 triangulaires. Le Front national est parvenu à se maintenir dans 1.107 des 1.905 cantons où les conseillers n'ont pas été élus au premier tour.

Ce dimanche a lieu le second tour des élections départementales. 149 des 2054 cantons ont déjà trouvé leur binôme vainqueur dimanche dernier, donc les électeurs sont appelés aux urnes dans les 1.905 cantons restants. > Des conseillers ont été élus dès le premier tour dans 149 cantons

Les binômes de candidats qui ont obtenu un nombre suffisant de voix pour se maintenir avaient jusqu'à mardi, 16h, pour déposer leur candidature ou se désister en faveur d'un autre binôme. Au vu des candidats restants, le second tour donnera lieu à 1.617 duels et 278 triangulaires. Dans 13 cantons, un seul binôme est qualifié. Au soir du premier tour, 314 triangulaires étaient possibles, ce qui signifie que les retraits de candidatures ont été peu nombreux (26 binômes). Cette question des désistements était pourtant au coeur de la campagne d'entre-deux tours, notamment au vu du score du Front national qui est parvenu à se maintenir dans 1.107 cantons sur les 1.905 restants.A gauche, Manuel Valls avait appelé dès le soir du premier tour à "faire barrage à l'extrême-droite". En d'autres, termes, les binômes socialistes en ballotage très défavorables étaient invités à se désister pour aider les candidats de droite à l'emporter face au FN. Idem pour les électeurs du PS, enjoints à voter UMP/UDI lorsque leurs favoris étaient hors-course pour le second tour. A contrario l'UMP, par la voix de Nicolas Sarkozy, a de son côté défendu le "ni-ni", n'appelant à voter ni pour le Front national ni pour le PS. Le FN, quant à lui, ne prévoyait en toute logique aucun désistement.

Selon les informations recueillies par l'AFP, les retraits de candidatures concernent au premier chef l'Aisne (sept retraits de binômes de gauche mais aussi de droite) et le Vaucluse, où la gauche s'est retirée dans deux cantons et l'UMP dans un autre.

Les départements qui pourraient basculer. - Aucun(e)
Les départements qui pourraient basculer.