Politique

Départementales : Manuel Valls dénonce la "faute morale" de Nicolas Sarkozy qui appelle au ni-ni

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 23 mars 2015 à 9:55

Manuel Valls
Manuel Valls © MaxPPP

Au lendemain du premier tour des élections départementales, Manuel Valls a dénoncé une "faute morale et politique" dans le "ni PS ni FN" prôné par l'UMP comme consigne de vote pour le second tour.

"Le Parti socialiste a mieux résisté que ce qui était prévu" , a répété lundi le Premier ministre Manuel Valls sur RTL. Au lendemain du premier tour des élections départementales, dont l'UMP sort nettement victorieuse, il a également dénoncé une "faute morale et politique" de la part du parti de droite et de son président. Nicolas Sarkozy a appelé au "ni-ni" pour le second tour, c'est-à-dire à ne voter ni pour le PS ni pour le FN dans les cantons où l'UMP a été éliminée dimanche. 

À LIRE AUSSI > Ce qu'il faut retenir du premier tour des départementales

"Cynisme"

"Je regrette la position de Nicolas Sarkozy et de l'UMP. C'est une faute morale et c'est une faute politique. Quand on a à choisir entre un candidat républicain et le Front national, on n'hésite pas. La gauche, elle, n'hésite pas" , a fustigé le chef du gouvernement.   

Un peu plus tard, sur iTELE, son secrétaire d'Etat Jean-Marie Le Guen accusait de "cynisme" le président de l'UMP, "prêt à recevoir les voix de la gauche et aller chercher les voix de l'extrême droite quand c'est nécessaire"

"Il y a, à peu près, 524 cantons où nous ne serons pas présents" - Le 23/03/2015 à 08h55Pas de "ni-ni" pour Marine Le Pen

Cette consigne de Nicolas Sarkozy divise aussi à l'UMP. Alain Juppé dit la respecter, mais l'ancien Premier ministre souligne que sa priorité demeure de "faire barrage au FN ".

La numéro un du Front national, Marine Le Pen, a elle aussi taclé lundi matin la position de l'UMP. Elle a indiqué que son parti laisserait "la liberté de vote" à ses électeurs, au second tour, dans les départements où les candidats FN ont été éliminés au premier tour. Interrogée sur BFMTV/RMC, Marine Le Pen a déclaré : "Nous considérons que nos électeurs sont grands, vaccinés, majeurs, et par conséquent ils n'ont pas d'ordre à recevoir de la part des mouvements politiques" . "Si tout le monde faisait ça" , a-t-elle poursuivi, "ce serait plus sain et plus démocratique" . *"Le ni-ni, c'est l'appel à s'abstenir. Ou à voter blanc"* , a ajouté Marine Le Pen, dont le parti a réalisé plus de 25% des voix dimanche au premier tour.**

Partager sur :