Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des associations réclament un RIC local sur le futur stade de foot de Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Plus d'une vingtaine d'associations, dont Attac ou la Carmagnole, ont lancé une pétition en ligne pour réclamer un référendum local sur la question du futur stade de Montpellier. Il doit être construit au sud de la ville pour un budget de 150 millions d'euros à l'horizon 2022.

Le stade de la Mosson à Montpellier
Le stade de la Mosson à Montpellier © Radio France - Sébastien Garnier

Faut-il consulter les Montpelliérains sur le futur stade de foot ? Plusieurs associations dont Attac, la FNAUT mais surtout la Carmagnole estiment que oui. Elles ont lancé une pétition en ligne pour réclamer un RIC local. Un référendum pour demander l'avis des habitants sur la nécessité d'une nouvelle enceinte sportive. La pétition rassemble plus de 400 signatures depuis son lancement mercredi dernier. Le futur stade de foot doit remplacer celui de La Mosson et être construit dans le quartier Camabacérès à côté d'Odysseum au sud de Montpellier, pour un budget de 150 millions d'euros. 

"Depuis les gilets jaunes, on ne peut plus faire de la politique à quelques-uns dans un cabinet. Il faut que la population puisse s'approprier le projet" détaille Boris Chenaud, membre du groupe d'animation de la Carmagnole. Le RIC est en effet l'une des propositions principales du mouvement des gilets jaunes depuis le 17 novembre.

L'exemple de Grenoble

Pour argumenter leur revendication, les associations prennent l'exemple de la ville de Grenoble dans l'Isère. En 1983, la mairie avait organisé un référendum pour ou contre le tram. "C'est un pouvoir entre les mains des maires, souligne Boris Chenaud de la Carmagnole. Le référendum donne une légitimité au projet. Peut être que sur le stade à Montpellier nous sommes minoritaires dans notre positionnement de dire que 150 millions d'euros seraient plus utiles ailleurs. Mais d'abord ouvrons le débat", ajoute-t-il. 

Déjà 10 millions d'euros versés

La métropole de Montpellier a déjà voté une ligne budgétaire de 10 millions d'euros pour le projet du nouveau stade. Les associations à l'initiative de la pétition en ligne craignent le début d'une spirale infernale : "On a déjà vécu pareille situation avec la nouvelle gare TGV où les versements de grosses sommes s'enchaînent, et au final on nous impose des projets sans concertation comme on nous a imposé la gare Sud de France." 

Les associations à l'origine de cette pétition mettent aussi en avant que le projet du stade n'était pas dans le programme électoral de Philippe Saurel, l'actuel maire de la ville et président de la Métropole. "Les électeurs n'ont pas voté pour le stade en votant pour le candidat Saurel" précise Boris Chenaud.

"Avec 10 millions d'euros, on pourrait faire la gratuité de la cantine pour les enfants de Montpellier."

La première pierre du futur stade Louis-Nicollin doit être posée le 26 juin prochain pendant la Coupe du monde féminine de foot. Il ouvrira ses portes pour la saison 2022-2023.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu