Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Des bulletins blancs proposés aux électeurs de Millas : le Conseil constitutionnel pourrait invalider le scrutin local

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Ce dimanche, les électeurs de Millas n'avaient pas le choix entre deux, mais entre trois bulletins dans les bureaux de vote de la commune : Marine Le Pen, Emmanuel Macron ou vote blanc, avec une pile de bulletins vierges. Une irrégularité qui pourrait entraîner l'invalidation du scrutin local.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - Maxppp

Millas, France

Le résultat de l'élection présidentielle à Millas sera peut-être invalidé par le Conseil constitutionnel. Une irrégularité a été signalée par le Front National : une pile de bulletins blancs a été déposée sur les tables à côté des piles de bulletins Marine Le Pen et Emmanuel Macron dans les quatre bureaux de vote de la commune ce dimanche. Ce qui est interdit.

Des bulletins blancs interdits retirés vers 13h

Cette initiative avait déjà été prise lors du premier tour de la Présidentielle, mais personne ne l'avait signalé. Cette fois, un délégué local du Front national a donné l'alerte ce dimanche, les bulletins blancs ont donc été retirés peu avant 13h, à la demande de la Préfecture des Pyrénées-Orientales. L'incident a été évoqué ce lundi lors de la commission électorale, et le Conseil Constitutionnel a été alerté.

"C'est illégal, et ce n'est pas aux électeurs d'être mis devant le fait accompli".

L'objectif était sans doute de permettre à tous les électeurs qui souhaitaient voter blanc de le faire tout simplement. Mais c'est illégal selon Xavier Baudry, conseiller municipal Front National à Perpignan. "C'est contraire au code électoral, c'est une mise à disposition de matériel électoral non conforme. On n'est pas dans la discussion politique de savoir si on doit reconnaître le vote blanc ou pas.

Le problème, c'est que dans un bureau de vote, ne doit être mis à disposition des électeurs que du matériel conforme. Les bulletins blancs ne sont pas prévus par le code électoral. C'est illégal, et ce n'est pas aux électeurs d'être mis devant le fait accompli, par les décision d'élus locaux".

Xavier Baudry.

Quelle est la responsabilités des élus ?

Le scrutin de Millas pourrait donc être invalidé par le Conseil constitutionnel, les résultats pourraient être annulés. "Bien évidemment, ça ne changera pas le résultat global de l’élection présidentielle. Nous tenions, dans un esprit démocratique, a dénoncé ces irrégularités, bien que notre candidate Marine Le Pen arrive en tête à Millas. Maintenant il faudra que le Conseil constitutionnel statue sur les responsabilités des uns et des autres, et notamment sur celle des élus", ajoute Xavier Baudry.

"Les gens qui ont voté blanc ne voulaient aucun des deux candidats" (Hervé, un assesseur de Millas).

Mais Hervé, membre du Parti communiste, assesseur dans un bureau de vote de Millas, ne voit pas où est le problème. "C'est vrai que, quand on regarde les textes, on s'aperçoit que tout le matériel doit être fourni par l'administration, par l'Etat. Ces bulletins là, ils n'étaient pas fournis, mais qu'est-ce que ça aurait changé ? Parce que les gens qui ont mis un bulletin blanc, en aucun cas ils n'auraient voté Macron ou Le Pen, donc ça n'aurait rien changé du tout".

Hervé, un assesseur de Millas.

"Ces bulletins blancs ne changent pas le résultat de la Présidentielle" (Damienne Beffara).

Le Conseil Constitutionnel doit donc dire si le scrutin est invalidé, et s'il faut refaire ou non le vote, et qu'elle est la responsabilité des élus. De son côté, le maire de Millas Damienne Beffara explique que le Front National (qui est arrivé en tête à Millas) "a la défaite amère, et que ces bulletins blancs ne changent pas la face du monde, de la France, ni même le résultat de la présidentielle".

Reporatge de Charlotte Coutard.

Choix de la station

France Bleu