Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des députés LREM déposent un recours devant le Conseil Constitutionnel pour la loi sur les langues régionales

Une soixantaine de députés ont déposé un recours quelques heures avant la fin du délai légal. La loi reconnaît l'enseignement des langues régionales par immersion dans l'Education Nationale et oblige les communes à payer le forfait communal.

Le député breton Paul Molac est l'auteur de cette loi
Le député breton Paul Molac est l'auteur de cette loi © Maxppp - Vincent Isore

La loi sur les langues régionales adoptée le 8 avril par le Parlement devra être examinée par le Conseil Constitutionnel.  Alors qu'il ne restait que quelques heures avant la fin du délai légal pour recourir contre cette loi, une soixantaine de députés "vraisemblablement issus de la majorité" LREM, selon Paul Molac, le député breton rapporteur de la Loi, ont saisi le Conseil Constitutionnel. C'est ce qu'il a annoncé jeudi soir sur son compte twitter en s'étonnant "mais de quoi ont-ils bien peur ?". On ne connaît pas encore les motifs d'inconstitutionnalité soulevés par les députés.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les réactions se sont multipliées hier en provenance des défenseurs des langues, et des parlementaires qui ont voté cette loi. Le parti de la gauche abertzale EH Bai parle de "soubresauts pathétiques d'une volonté de faire taire les langues qu'ils méprisent". Pour le président de la Communauté d'Agglomération Pays Basque (CAPB), Jean-René Etchegaray (UDI), il s'agit d' "un déni de démocratie et un mépris pour les langues territoriales !" Le sénateur (LR) Max Brisson dénonce : "les masques tombent ! La majorité présidentielle ne veut pas de cette loi. Le discours lénifiant sur l’attachement aux langues de France n’est que de la poudre de perlimpinpin".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess