Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Des dizaines d'élus franciliens manifestent contre la disparition des services publics

samedi 10 novembre 2018 à 16:56 Par Hugo Charpentier, France Bleu Paris et France Bleu

Baisse continue des dotations ou disparition programmée de la taxe d’habitation, un collectif d’élus franciliens rassemblant des maires de différentes étiquette s’est réuni ce samedi matin à proximité de l'Assemblée National pour exiger de l'Etat de la "reconnaissance".

Des dizaines de maires franciliens en colère
Des dizaines de maires franciliens en colère © Radio France - Hugo Charpentier

Paris, France

Ils se sentent abandonnés par l'Etat. Des dizaines d'élus franciliens ont manifesté ce samedi matin contre la disparition des services publics.  Réunis à quelques pas de l'Assemblée Nationale, ils ont répondu à l’appel du collectif « Les élus locaux en ont marre ». Une bannière sous laquelle sont rassemblés des maires de différents partis, de droite comme de gauche. 

Aucune banderole, aucune pancarte mais des écharpes tricolores. A quelques encablures du palais Bourbon des maires et des élus franciliens crient leur colère. Face à la baisse continue des dotations de l'Etat et la disparition programmée de la taxe d'habitation, ces édiles se disent dans l'obligation, parfois, de "fermer certains services". 

La baisse des dotations empêche aux villes d'agir

Ou de reporter à plus tard certains investissements. Exemple, avec le maire de Saint-Denis Laurent Russier qui a vu sa dotation diminuer en quelques années de 25 millions d'euros. Soit l'équivalent de 10% du budget annuel de sa ville. "Avec 25 millions d'euros on aurait pu construire tout un groupe scolaire" persifle le maire de Saint-Denis qui invite Emmanuel Macron à "enlever ses œillères" pour faire face à la "colère" des élus. "L'Etat nous méprise" dit le maire de Sceaux Philippe Laurent qui conclut, dépité : Le gouvernement "ne comprend pas ce que nous faisons, et ça ne lui paraît pas important".