Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Des documents font resurgir le passé collaborationniste de l'ancien maire de Dijon Gaston Gérard

jeudi 7 septembre 2017 à 19:50 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne et France Bleu

A Dijon, c'est le nom d'un stade, d'une place de monuments aux morts, et d'une recette de poulet. Gaston Gérard, c'était le maire de Dijon entre 1919 et 1935. Le magazine L'Accent Bourguignon fait ressortir des documents qui prouvent son passé collaborationniste au régime de Vichy.

Gaston Gérard à l'inauguration de l'association collaborationnistes Les Ailes de Bourgogne
Gaston Gérard à l'inauguration de l'association collaborationnistes Les Ailes de Bourgogne - Maison des sciences de l'Homme / Archives Départementales de Côte-d'Or

Dijon, France

Gaston Gérard mérite t-il d'avoir un stade, et une place de monument aux morts à son nom ? L'ancien maire de Dijon, ancien député de la Côte-d'Or avait voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en 1940. A la Libération, il a été condamné pour indignité nationale à l'inégibilité. Le magazine l'Accent Bourguignon met en lumière ce mois-ci de nouveaux documents qui prouvent encore la proximité de Gaston Gérard avec le régime de Vichy.

Le nom de Gaston Gérard sur une liste des RG

Ces documents, ils proviennent de la fac d'histoire. Ils ont été redécouverts récemment dans un bureau, et ils seront transmis le 11 septembre aux Archives Départementales. Parmi eux, il y a un dossier intitulé " personnalités sur la sellette ". On y trouve un rapport des Renseignements Généraux daté du 4 octobre 1944 qui dresse la liste des " sympathisants et adhérents à la Ligue Française. " Le nom de Gaston Gérard, sa profession et son adresse y apparaissent. La Ligue Française est un groupe collaborationniste qui a notamment tenté d'assassiner le Chanoine Kir en 1944.

Parmi les documents se trouve aussi une lettre de l'ancien maire, daté de 1945, adressée a priori d'après l'Accent Bourguignon à la commission de justice. Gaston Gérard reconnait à demi-mots avoir participé à des activités organisées par des groupes collaborationnistes, mais précise t-il, on ne peut pas lui en vouloir d'avoir " pu céder, il y a quelques années, à ce désir de ne pas se laisser oublier, qui est commun à bien des hommes publics " ni de ne pas avoir " de même que tant d’autres personnalités de sa classe, scruté les dessous, qui ne s’éclairent qu’au soleil d’aujourd’hui, de certaines expositions ou fête[s]publiques organisées par et pour des Français "