Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Des élus lorrains pour le référendum sur l'avenir des aéroports de Paris

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation partielle de la gestion des aéroports de Paris mobilise des parlementaires de toute la France. En Lorraine, les élus socialistes Dominique Potier et Olivier Jacquin refusent un "danger stratégique".

Le projet du gouvernement prévoit l'ouverture progressive du capital de la société ADP avec un contrôle de l'Etat à 50,3%.
Le projet du gouvernement prévoit l'ouverture progressive du capital de la société ADP avec un contrôle de l'Etat à 50,3%. © Radio France - Sophie Parmentier

Meurthe-et-Moselle, France

Initiative socialiste au départ, alliance élargie à l'arrivée. 248 parlementaires ont signé la proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) pour "contrer la privatisation de la société ADP : c'est historique !", se réjouit Olivier Jacquin, le très actif sénateur de Meurthe-et-Moselle sur ce dossier.

Son ami député, Dominique Potier a tout naturellement rejoint la fronde car, selon lui, ce projet est "incompréhensible", sur le fond comme sur la forme : "Nous avons déjà l'expérience de la privatisation des autoroutes, qui a enrichi des actionnaires mais plumé les Français".  

Pour les opposants à la privatisation de la société ADP, ce dossier a une envergure nationale parce que les plate-formes parisiennes représentent 83 liaisons aériennes intérieures et les lignes régionales risquent d'être sacrifiées, selon eux, en cas de privatisation. 

Soutien nécessaire des électeurs

Au micro de France Bleu (écouter ci-dessous) et dans une tribune publiée sur le site internet du magazine Alternatives Economiques, Olivier Jacquin souligne que la démarche réunit aussi bien des défenseurs des services publics que des libéraux attachés à la concurrence saine. Privatiser ADP serait donc un non-sens économique et social, pour les détracteurs de ce projet du gouvernement. 

Olivier Jacquin, sénateur de Meurthe et Moselle

Pour aboutir à une consultation nationale, ce référendum d'initiative partagée doit être soutenu par 10% des électeurs à travers la France. Les parlementaires lorrains espèrent entraîner dans le mouvement près de 48 000 votants inscrits en Meurthe et Moselle. "Pas évident, mais jouable", s'enthousiasme Olivier Jacquin. 

Dans le département, la démarche parlementaire est appuyée par le responsable du PS 54, Bertrand Masson, mais l'alliance au-delà de la gauche n'est pas (encore) à l'ordre du jour d'une manifestation publique locale...

Reportage sonore