Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Politique

Vérargues se divise au moment de choisir son avenir

lundi 30 juillet 2018 à 8:13 Par Adrien Serrière, France Bleu Hérault

Malgré les désistements de Saturargues et Saint-Sériés, les communes de Vérargues et Saint-Christol envisagent toujours de fusionner pour former la première "commune nouvelle" de l'Hérault. À Vérargues, des habitants s'opposent au projet et demandent au maire une consultation de la population.

Une cinquantaine de banderoles portant l'inscription «Non à la fusion sans consultation» sont accrochées aux façades du village.
Une cinquantaine de banderoles portant l'inscription «Non à la fusion sans consultation» sont accrochées aux façades du village. © Radio France - Adrien Serrière

Vérargues, France

A Vérargues, tout le monde s'inquiète pour l'avenir du village d'environ 750 habitants, mais on se divise quant à la solution. Le maire Jean-Jacques Esteban souhaite une fusion avec Saint-Christol, commune voisine d'environ 1.500 âmes. Ce projet de "commune nouvelle" devait dans un premier temps inclure aussi Saturargues et Saint-Sériés mais après leurs désistements respectifs, l'opposition à la fusion prend de la force à Vérargues. Il suffit pour s'en rendre compte de se promener dans le village et de lever la tête pour apercevoir les banderoles "Non à la fusion sans consultation" accrochées aux façades. 

Opposition sur la forme...

Julien Nogaret, premier adjoint au maire et opposé à la création de la commune nouvelle, a même créé un collectif anti-fusion et lancé une"compte 504 personnes inscrites sur ses listes électorales en 2017»,voir le droit de voler aux habitants la liberté de choisir le destin de leur commune", affirme Julien Nogaret. Mais la procédure sur la création des communes nouvelles ne prévoit pas de référendum et le maire n'a donc aucune obligation à y avoir reco"urs. 

Les opposants comptent quand même sur la pétition pour faire fléchir leur édile. Celle-ci a recueilli 268 signatures alors que la commune «compte 504 personnes inscrites sur ses listes électorales en 2017", d'après _l_e collectif qui a porté ces résultats au maire. Mais lui n'a pas l'intention de procéder à une consultation publique : "Je préfère la concertation"», explique Jean-Jacques Esteban qui tiendra deux réunions publiques le 14 septembre à Vérargues et le 21 septembre à Saint-Christol, avant le vote en conseil municipal, prévu le 12 novembre.

Jean-Jacques Esteban reconnaît qu'il a été "difficile d'informer sur le sujet car Saint-Sériés a tardé à prendre sa décision (de se retirer du projet, Ndlr) et à quatre à trois ou à deux communes, ce n'est pas la même chose". Désormais, il affirme avoir "la matière" pour convaincre ses administrés d'adhérer à la fusion.

... et sur le fond 

Justement, quels sont les arguments qui s'opposent ? Du côté des opposants, il y a la crainte de voir disparaître l'identité d'un village : "La taille de la commune de Saint-Christol n'est pas la même, ils sont beaucoup plus gros que nous donc on va disparaître et payer pour eux", s'inquiète Jacques, agriculteur à Vérargues. "Il n'y a rien dans ce projet", reproche quand à lui Bernard, un autre habitant. 

Face à ces critiques, les maires de Vérargues et Saint-Christol veulent rassurer : "C'est du gagnant-gagnant, dit Jean-Luc Bergeon, maire de Saint-Christol. Le budget d'autofinancement de Vérargues sera multiplié par quatre. Demain si la commune veut faire un projet, elle aura 350.000 euros d'autofinancement. Et, par exemple, s'il faut sécuriser la ressource en eau de Vérargues, on tirera un tuyau de Saint-Christol", poursuit Jean-Luc Bergeon, convaincu que l'avenir des petites communes passe par "le partenariat".