Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des jeunes élus LR d’Île-de-France mettent le siège de leur parti en vente sur Le Bon Coin

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Paris, France

Plusieurs jeunes élus Les Républicains de la région parisienne ont décidé de mettre en vente le siège de leur parti, sur le site internet Le Bon Coin. De quoi faire le buzz, mais pour ces élus, c'est surtout un appel à la refondation du parti LR, après l'échec au premier tour de la présidentielle.

Des jeunes élus LR mettent en vente le siège du parti sur Le Bon Coin.
Des jeunes élus LR mettent en vente le siège du parti sur Le Bon Coin. - Capture d'écran du blog de Cédric Thomas, élu LR à Fontainebleau

"Immeuble occupé par parti politique à redresser avec rénovation complète. Travaux de dépoussiérage indispensables." C'est ce qu'on pouvait lire, le 27 avril, sur le site internet Le Bon Coin. Une annonce de vente immobilière pas comme les autres, puisque l'immeuble en question, est le siège du parti Les Républicains, rue de Vaugirard, dans le 15e arrondissement de Paris. Il était proposé pour la modique somme de 10 euros. L' annonce a été retirée quelques heures après sa publication, mais elle est restée assez longtemps pour faire le buzz et pour que ses auteurs, des jeunes élus LR, s'expliquent.

Refonder Les Républicains

A l'origine de cette annonce, plusieurs jeunes élus LR de la région parisienne mais aussi de l'Indre et de la Côte-d'Or. Ils se sont regroupés dans le "Club du 23 avril", tous dégoûtés d'avoir perdu le premier tour de la présidentielle, une élection imperdable, il y a quelques mois encore. Et pour eux, tout n'est pas de la faute de leur candidat François Fillon, qui s'est maintenu malgré l'affaire Pénélope Fillon. C'est le parti entier qui doit se remettre en question. " Ce parti est beaucoup trop caporalisé...On avait un chef, évidemment, il y avait une légitimité forte de ce chef, en l’occurrence, François Fillon, parce qu'il avait gagné la primaire. Mais il était évident que la situation était intenable avec toutes ces affaires", explique Alexandre Vesperini, conseiller de Paris, élu du 6ème arrondissement. Pour Cédric Thoma, conseiller municipal de Fontainebleau en Seine-et-Marne, il est urgent de réagir : "Ça fait des années que notre parti ne réfléchit plus, qu'on a du mal à voir émerger de nouvelles têtes et de nouvelles personnalités...donc si nous, qui sommes les futures forces vives du parti, on n'appelle pas à un sursaut, personne ne le fera", dit-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les prochaines élections législatives en jeu

Apporter du sang frais dans les rangs du parti, c'est aussi une nécessité pour Damien Parent, conseiller municipal d'Eaubonne dans le Val-d'Oise et le renouvellement de la classe politique est possible, selon lui. La preuve, Emmanuel Macron : "Quand on est capable d'arriver en tête au second tour [de la présidentielle] alors que le parti politique qu'il a créé n'a même pas un an, je pense que, réellement, il y a une véritable opportunité pour notre génération" assure l'élu, avant de conclure : "Pourquoi ne pas être, nous, les Macron de la droite ?" L' enjeu est de taille pour ces jeunes élus. Si leur parti ne revoit pas sa copie, ils craignent tout simplement de nouveaux échecs pour les élections à venir, à commencer par les législatives du 11 et 18 juin prochains.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Si vous n'avez pas vu la fausse annonce publiée jeudi, sur Le Bon Coin. Voici une capture d'écran :

Des jeunes élus LR mettent le siège de leur parti en vente sur Le Bon Coin
Des jeunes élus LR mettent le siège de leur parti en vente sur Le Bon Coin - Capture d'écran Le Bon Coin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess