Politique DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Des maires de la Creuse retournent le portrait d'Emmanuel Macron dans leurs mairies

Par Benjamin Billot, France Bleu Creuse et France Bleu lundi 9 octobre 2017 à 18:33

Didier Martinez, le maire de Monteil-au-Vicomte et Guy Desloges, maire de Chavanat, devant le portrait du Président de la République, retourné
Didier Martinez, le maire de Monteil-au-Vicomte et Guy Desloges, maire de Chavanat, devant le portrait du Président de la République, retourné © Radio France - Benjamin Billot

Les maires creusois qui ont reçu du gaz lacrymogène à Égletons pendant la visite d'Emmanuel Macron ont décidé de riposter. Puisque le Président de la République ne veut pas les voir, plusieurs dizaines d'entre eux ont décidé de retourner son portrait officiel dans les mairies.

C'est une mesure toute symbolique, voire potache, mais elle révèle un vrai ras-le-bol. Le ras-le-bol que ressentent de nombreux maires de petites communes, qui font face à de nombreuses coupes dans les budgets. Baisse de la dotation des collectivités locales, suppression de contrats aidés, disparition à terme de la taxe d'habitation, diminution du nombre d'agences de services publiques... Il est de plus en plus difficile de gérer une petite commune rurale.

C'est aussi ça que voulaient dire les élus creusois quand il se sont rendus à Égletons en Corrèze pour rencontrer Emmanuel Macron. le plan social à GM et S n'était qu'une partie des nombreuses doléances que les maires creusois voulaient adresser au Président de la République. Mais ils n'ont pas pu lui parler, à la place ils ont reçu du gaz lacrymogène. Trop, c'est trop. Se sentant humiliés, les élus ont décidé de réagir.

Une délégation d'élus reçue à l'Elysée le 17 octobre

Le "retournage" du portrait officiel pourrait n'être qu'une étape. Les maires en colère ont d'autres moyens d'action en stock, moins symboliques et plus embêtant, si jamais Emmanuel Macron continuaient à refuser de les rencontrer. Mais ils ne devraient pas y avoir recours, puisqu'une délégation d'élus creusois va être reçue mardi 17 octobre à l'Élysée pour un entretien. Le chef de l'État devrait y passer.

Les maires ont également placé des affiches aux murs de leurs mairies  - Radio France
Les maires ont également placé des affiches aux murs de leurs mairies © Radio France - Benjamin Billot