Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Des militants d'extrême-droite s'introduisent au conseil régional d'Occitanie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu Roussillon, France Bleu Hérault, France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Un incident s'est produit à l'ouverture de la séance plénière du conseil régional d'Occitanie à l'hôtel de Région à Toulouse ce jeudi 25 mars. Des militants de l'Action Française, un groupuscule d'extrême-droite ont cherché à s'introduire dans l'hémicycle.

Les activistes ont laissé cette banderole.
Les activistes ont laissé cette banderole. - Compte Twitter de Nadia Pellefigue

Ce jeudi 25 mars, en début d'après-midi, la présidente de la région Occitanie ouvrait l'assemblée plénière des conseillers régionaux à l'hôtel de Région à Toulouse. Huit membres de l'Action Française ont essayé de rentrer dans le bâtiment. D'après les commentaires des vice-présidents Kamel Chibli (sports) et Nadia Pellegifue (économie), l'intrusion a été assez violente.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plusieurs personnes ont tenté de faire irruption dans l'assemblée. Ils avaient avec eu une banderole : "Islamo-gauchistes, traîtres à la France". Le service de sécurité du conseil régional les a empêchés de pénétrer dans l'hémicycle. Il n'y a pas eu de blessé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Je condamne fermement cette action violente de la part de ces militants d'extrême droite. Les séances du conseil régional sont un temps démocratique important qui engage la collectivité pour soutenir les habitants et les territoires. La violence et les agressions n'y ont pas leur place. (...) Face à l'extrême droite, je le répète : je ne lâcherai rien et ne cèderai à aucune pression, d'où qu'elle vienne. - Carole Delga dans un communiqué immédiat

L'élue commingeoise a précisé qu'elle allait porter plainte.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des complices parmi les élus régionaux ?

La vice-présidente Nadia Pellefigue précise à France Bleu Occitanie que les huit militants d'Action Française sont apparemment entrés sans effraction. Ils auraient donc bénéficié de complicité de personnes accréditées. Deux des huit activistes ont été arrêtés.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des rapports houleux avec l'extrême-droite

En janvier, des militants d'un autre groupuscule, depuis dissous en conseil des ministres, Génération Identitaire, avait tenté un coup de communication en menant une soi-disante opération anti-migrants dans les Pyrénées. Ils s'étaient postés dans le Luchonnais, au col du Portillon, qui n'est pourtant pas un lieu de passage reconnu des clandestins entre la France et l'Espagne. Carole Delga avait, avec d'autres élus locaux, demandé l'intervention de l'État. Le ministre de l'Intérieur lui-même a lancé la procédure de dissolution de Génération Identitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Carole Delga entretient par ailleurs des relations houleuses avec le Rassemblement National au sein-même du conseil régional. En 2017, elle avait elle-même enlevé le micro à un élu Front National qui invectivait la gauche. La présidente avait ensuite porté plainte pour menaces de mort.  En septembre dernier, la Cour de Cassation a rejeté le pourvoi de la socialiste confirmant sa condamnation pour discrimination envers la commune de Beaucaire (Gard), dirigée par un maire RN. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess