Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des militants de Greenpeace s'en prennent à la permanence du député du Puy-de-Dôme Michel Fanget

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Greenpeace poursuit la campagne “boulets du climat” et épingle le député Modem du Puy-de-Dôme Michel Fanget. Ce dimanche, des militants puydômois ont placardé des affiches sur sa permanence clermontoise en raison de ses votes contre le climat et l'écologie.

Des militants de Greenpeace dégradent la permanence de Michel Fanget
Des militants de Greenpeace dégradent la permanence de Michel Fanget - © Greenpeace Clermont

Ce dimanche, les militants Greenpeace du groupe local Clermont-Ferrand ont placardé d'affiches de propagande la permanence du député du Puy-de-Dôme du Modem Michel Fanget. Cette nouvelle mobilisation militante s’inscrit dans la campagne “boulets du climat” lancée par Greenpeace en décembre dernier. Pour cette édition 2020, Greenpeace a nommé 10 responsables politiques de la majorité présidentielle qui plombent l’agenda climatique. 

Le public est amené à voter pour les pires boulets du climat dans deux catégories : membres du gouvernement et parlementaires. Les résultats seront annoncés fin janvier. Pour Greenpeace France, les responsables politiques au pouvoir, depuis le sommet de l’Etat jusqu’à l’Assemblée nationale, considèrent encore trop l’écologie comme un élément purement marketing de l’action politique, sans se soucier de l’efficacité des mesures prises.

Selon Greenpeace, si Michel Fanget n'est pas dans cette liste, il à tout de même fortement contribué à voter des textes de loi anti-écologiques comme l'approbation du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA) ou la réintroduction des néonicotinoïdes.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des députés complices de l'inaction climatique d'Emmanuel Macron

Pour Greenpeace France, ces deux textes sont révélateurs du  greenwashing du gouvernement qui avait promis de rebâtir une économie “verte” suite à la crise du COVID alors qu’ il n’en est rien selon l'association. En suivant les consignes de votes du gouvernement, les députés se font complices de l’inaction climatique d’Emmanuel Macron. Alors qu’une loi climat doit prochainement être débattue à l’Assemblée nationale, Greenpeace rappelle que la promesse de “sans filtre” du Président n’a pas été tenu : les arbitrages pris à l’automne ont trahi l’esprit de la Convention citoyenne pour le Climat et ne permettront pas à ce texte de faire baisser à cout terme les émissions de gaz à effet de serre. 

" A titre personnel, je suis contre les néonicotinoïdes"- Michel Fanget

Michel Fanget affirme que la protection de l'environnement est une de ses préoccupations et apporte des explications pour justifier sa position sur les insecticides de la classe des néonicotinoïdes utilisés dans l'agriculture. "Le soir du vote je n'étais pas à l'assemblée nationale mais c'est vrai que j'appartiens à la majorité. Nous avons voté la prolongation de l'utilisation des néonicotinoïdes jusqu'en 2025 pour laisser le temps aux agriculteurs français de s'adapter, car si on leur interdisait l'usage de ce produit, ils auraient été très défavorisés par rapport aux agriculteurs des pays voisins comme par exemple la Belgique. A titre personnel je suis contre les néonicotinoïdes à cause des dégâts environnementaux qu'ils provoquent notamment contre les abeilles. Quant au CETA, l'accord à été mis en place il y a très longtemps, mais concernant le Mercosur ( les accords commerciaux avec l'Amérique du Sud) nous nous y sommes refusé."

Le député du Puy-de-Dôme regrette enfin "les méthodes pas très démocratiques, à la limite du vandalisme rien que pour faire du buzz de Greenpeace"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess