Politique

"Des paroles et des actes" : Marine Le Pen débattra finalement avec deux de ses adversaires aux régionales

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 22 octobre 2015 à 11:29

Marine Le Pen
Marine Le Pen © Maxppp

Suite à la polémique sur la fréquence à laquelle Marine Le Pen était invitée à l'émission "Des paroles et des actes", France 2 a décidé mercredi soir d'inviter en plus de la présidente du FN deux de ses adversaires politiques, pour le débat de jeudi soir.

France 2 a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi vouloir ajouter trente minutes de débat à son émission "Des paroles et des actes", jeudi soir, en présence de deux adversaires de Marine Le Pen aux prochaines régionales. Une façon pour la chaîne de répondre aux critiques émises la veille quant à la fréquence des apparitions de la présidente du Front national dans ce programme. L'intéressée s'est dite "scandalisée" par ce changement soudain, mais maintient sa venue. 

Confusion, à quelques heures du direct

France 2 a donc convié Xavier Bertrand (Les Républicains) et Pierre de Saintignon (PS) "en deuxième partie d'émission pour un débat, à égalité de parole, sur les régionales, pour apaiser la polémique", au cours d'une demi-heure d'émission ajoutée au conducteur initial. Les deux ont finalement accepté. Xavier Bertrand, lui, partiellement : il répondra "en duplex depuis La Chapelle d'Armentières où il tient une réunion publique". Marine Le Pen, qui aurait reçu un texto de la part de France 2 tard mercredi soir pour la prévenir, s'est dite "scandalisée" par la "discourtoisie" de la chaîne jeudi sur Europe 1.

Les deux candidats viendront s'ajouter à Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, et Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, déjà invités pour porter la contradiction à Marine Le Pen. Mais la nouvelle configuration fait aussi des vagues : "Inviter encore Marine Le Pen à DPDA est un problème, réduire le débat au tripartisme est un scandale antidémocratique", a déploré sur Twitter Eric Coquerel, du Parti de gauche. 

Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Cambadélis d'une seule voix

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) va étudier cette affaire. En effet, mercredi, il a reçu plusieurs lettres de personnalités politiques se plaignant de cette cinquième invitation de la présidente du FN en 36 émissions, un record. Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, avait interpellé son homologue Les Républicains pour qu'ils se signalent de concert au gendarme de l'audiovisuel sur ce sujet. Nicolas Sarkozy avait répondu positivement. 

"Il se trouve que ce parti n'a qu'un leader à l'envergure nationale suffisante pour le représenter dans une telle émission, là où le Parti socialiste ou Les Républicains partagent leur temps de parole en plusieurs voix", avait expliqué le présentateur de l'émission David Pujadas mercredi.