Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Des personnalités bretonnes lancent une consultation sur les mobilités en Bretagne

lundi 3 décembre 2018 à 16:54 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

C'est l'une des questions soulevées par le mouvement des gilets jaunes. Les mobilités. Comment se déplacer intelligemment, sans tuer le climat ni son porte-feuille ? Plusieurs personnalités bretonnes vous appellent à donner votre avis.

Le blog "parlez-nous de transport", lien à retrouver ci-dessous
Le blog "parlez-nous de transport", lien à retrouver ci-dessous - Capture d'écran

Bretagne, France

Ils viennent de plusieurs horizons politiques. Régionalistes ou tout simplement engagés, ces personnalités bretonnes vous interpellent directement sur les mobilités. "Parlez-nous de transports" est le nom de l'initiative.

Dans le contexte de la mobilisation des gilets jaunes, cette initiative "transpartisane" espère fédérer les bretons autour de la question des transports du quotidien en leur permettant de donner leur avis directement.

Les signataires écrivent, entres autres : 

La flambée de colère qui a suivi celle des carburants est le symptôme d’un pays en souffrance. Le prix du carburant augmente, en particulier le diesel. Le gouvernement 
encourage cette hausse en augmentant les taxes. Nous comprenons la révolte des uns et 
l’envie de bloquer le pays des autres. La situation est injuste pour tout ceux qui sont condamnés à utiliser leur voiture dans un monde qui a
 été modelé pour son usage.

Nous comprenons la révolte des uns et 
> l’envie de bloquer le pays des autres.

Toutefois, nous savons que la lutte contre le
 réchauffement climatique et donc pour l’avenir de nos enfants nécessite
 des décisions rapides et des changements profonds de nos modes de production, de 
consommation et plus largement de vie. Nous savons également que le prix 
du carburant, ne serait-ce que par l’effet de sa raréfaction, devrait mécaniquement augmenter à l’avenir. Il est urgent de nous y préparer.

 Nous pensons que cette colère reflète aussi une fracture territoriale
 entre des populations qui peuvent se passer de voitures et les autres.
 Cette colère doit être écoutée et transformée en mesures concrètes.