Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : L'avenir institutionnel de l'Alsace dans le Grand Est

Sondage : deux tiers des Alsaciens veulent (toujours) sortir de la région Grand Est

jeudi 28 février 2019 à 10:28 Par Rachel Noël, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Selon un sondage IFOP commandé par le Club Perspectives alsaciennes et dévoilé ce jeudi, les deux tiers des Alsaciens veulent un retour à l'ancienne région Alsace. Une grande majorité des personnes interrogées (85%) souhaitent s'exprimer sur la question par référendum.

Les drapeaux alsacien et européen : en 2021, les Haut et Bas-Rhin doivent devenir la collectivité européenne d'Alsace.
Les drapeaux alsacien et européen : en 2021, les Haut et Bas-Rhin doivent devenir la collectivité européenne d'Alsace. © AFP - Frédérick Florin

Strasbourg, France

Les deux tiers des Alsaciens souhaitent la sortie de la région Grand Est : c’est le résultat d’un sondage IFOP réalisé pour le Club Perspectives Alsaciennes. L’enquête repose sur un échantillon représentatif de 1 002 personnes, interrogées par téléphone du 12 au 16 février dernier. L'enquête est rendue publique jeudi 28 février, au lendemain de la présentation en conseil des ministres du projet de future collectivité européenne d'Alsace. La première étape législative qui mènera à la création de cette collectivité a été validée début février par les conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. 

La collectivité européenne d'Alsace doit voir le jour le 1er janvier 2021. Il s'agit pour le Club Perspectives, qui souhaitait purement et simplement un retour à l'ancienne région et à ses compétences, d'un "compromis" politiquement et juridiquement bancal.

Un projet qui reste flou pour de nombreux Alsaciens

Cette collectivité européenne d'Alsace, fruit d'une fusion des conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, dotée de compétences élargies, mais au sein du Grand Est : les citoyens n’en ont pas forcément une idée très précise. Dans l'enquête Ifop, 40% des personnes interrogées n’ont jamais entendu parler de cette collectivité nouvelle. Parmi celles qui en ont bien entendu parler, une sur quatre ne sait pas de quoi il s’agit précisément.

La formation professionnelle comme compétence prioritaire

Quelles compétences pour la CEA ? La formation professionnelle, les transports et la coopération avec les régions transfrontalières (Suisse et Allemagne) sont les compétences prioritaires que devraient avoir la collectivité, selon les personnes interrogées. 

Autres domaines de compétence mis en avant dans ce sondage : l'enseignement bilingue, le développement économique et le tourisme, la promotion de la culture alsacienne et l'audiovisuel.

Sortir du Grand Est ? Une volonté plus marquée chez les habitants de petites communes...

Les deux tiers des personnes interrogées estiment que l’Alsace doit sortir de la région Grand Est pour devenir une région à part entière. Ils sont plus nombreux dans le Haut-Rhin (71%) que dans le Bas-Rhin (63%). Ces chiffres ont à peine évolué en un an (un point d’écart).

Plus on est âgé, plus on considère que cette sortie de la région Grand Est est nécessaire. Les plus de 65 ans sont 72% à le penser, alors qu’ils ne sont que 59% du côté des moins de 35 ans. Plus on réside dans une commune rurale et de petite taille, plus ce sentiment est renforcé.

... et chez les électeurs à droite de l'échiquier politique

Enfin, cette volonté de sortie du Grand Est est plus marquée chez les électeurs de droite et d’extrême droite que chez les électeurs de gauche. C’est le cas pour 88% des électeurs qui ont voté Nicolas Dupont-Aignand au premier tour de la présidentielle contre 46% de ceux qui déclarent avoir voté Benoit Hamont (PS).

Dans cette enquête, 58% déclarent aussi que cette prise en compte de l’Alsace comme région aura une influence sur leur prochain vote aux élections européennes. 85% des personnes interrogées souhaiteraient qu’un référendum soit organisé

Le sondage IFOP dans son intégralité