Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Devenir une force politique importante dans la région", priorité du référent de la République en Marche en Haute-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin
Haute-Vienne, France

L'heure de la rentrée a sonné pour les députés qui se retrouvent au sein d'une Assemblée Nationale profondément renouvelée. Parmi les 577 députés, le Limousin en envoie cinq de la République en Marche. Le référent du mouvement en Haute-Vienne était l'invité de Régis Hervé ce mardi pour en parler.

Stéphane Bobin, référent de la République en Marche en Haute-Vienne
Stéphane Bobin, référent de la République en Marche en Haute-Vienne © Radio France - Régis Mazabraud

Stéphane Bobin, référent de la République en Marche en Haute-Vienne, une clarification pour commencer : vous aviez annoncé votre démission de vos fonctions suite aux investitures pour les législatives, estimant que 2 des 3 candidats n'étaient pas assez connus et expérimentés. Pourtant vous êtes toujours là...

Ma démission a été refusée par les instances du parti, on m'a simplement demandé une certaine discrétion pendant la campagne, je l'ai respectée. Je suis toujours référent départemental mais mon ambition n'est pas forcément de le rester. Maintenant il faut surtout envisager l'avenir du mouvement, ce qui est important c'est qu'En Marche soit en situation de devenir sur le long terme une force politique importante dans la région, avec des équipes constituées pour ça. Après, on a beaucoup parlé de démocratie interne dans ce parti, je ne trouverai pas insensé qu'on demande aux adhérents de choisir leur référent.

Revenons à cette journée de rentrée parlementaire. Les députés ne vont-ils pas se faire hara-kiri en donnant pouvoir au gouvernement de légiférer par ordonnance cet été, donc en limitant le débat parlementaire ?

Ils ont tous signé une feuille de route, ils étaient tous prévenus. On savait très bien qu'il fallait être d'accord avec la méthode pour faire évoluer la loi. Effectivement ce sera par ordonnances. Les députés sont là pour accompagner ce travail, ils ont été choisis pour ça et ils sont là pour les cinq ans qui viennent et c'est à eux de savoir comment ils accompagnent ce mouvement.

Est-ce qu'il peut y avoir des frondeurs dans la République en Marche ?

Je pense qu'on ne peut pas envisager un mouvement politique au pouvoir pendant cinq ans sans qu'il y ait débat, sans qu'il y ait des différences de points de vue, sans qu'il y ait des manières différentes d'aborder tout ça. Pour moi le débat il est sain, ce n'est pas forcément une faiblesse, ça peut être le signe qualitatif de la vitalité d'un mouvement.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Stéphane Bobin ▼

Choix de la station

À venir dansDanssecondess