Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Contournement de Beynac

Déviation de Beynac : deux ministres soutiennent la décision de justice

-
Par , France Bleu Périgord

Dans une lettre adressée aux opposants du contournement de Beynac, le ministre de l'Écologie François De Rugy et la ministre des transports Elisabeth Borne se disent pour un respect de la décision de justice. Ils imaginent tout de même d'éventuelles suites juridictionnelles.

François De Rugy et Elisabeth Borne demandent que la décision de justice soit respectée.
François De Rugy et Elisabeth Borne demandent que la décision de justice soit respectée. © Maxppp - Julien Mattia

Dordogne, France

De nouvelles réactions dans le dossier du contournement de Beynac, et pas des moindres. Dans une lettre adressée aux opposants de la déviation, et datée au 28 mai dernier, le ministre de l'Écologie François De Rugy et la ministre des transports Elisabeth Borne se disent en faveur de l'arrêt des travaux. 

"Il appartient au département de respecter cette décision de justice" François De Rugy et Elisabeth Borne

Cette lettre est adressée au collectif d'opposants au contournement "Sauvons la vallée de la Dordogne". Dans celle-ci, les deux ministres demandent conjointement l'arrêt total des travaux : "Il appartient au département de respecter cette décision de justice.", écrivent-ils. 

Les deux ministres parlent cependant de "suites juridictionnelles" qui pourraient être données à cette décision. Elles seraient "à l'étude" dans les services ministériels.