Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Contournement de Beynac

Déviation de Beynac : Germinal Peiro veut aller jusqu'au bout

-
Par , France Bleu Périgord

Comme le Conseil d'Etat avant lui, le Tribunal administratif de Bordeaux vient d'annuler l’arrêté préfectoral autorisant les travaux de la déviation de Beynac. Un nouveau coup dur pour le conseil départemental, porteur du projet, qui veut finir le chantier.

Germinal Peiro plongé dans le dossier de la déviation de Beynac
Germinal Peiro plongé dans le dossier de la déviation de Beynac © Radio France - Valérie Déjean

Beynac-et-Cazenac, France

Sans surprise, pour le président du conseil départemental, cette décision du tribunal administratif est une mauvaise nouvelle. Et il multiplie les arguments : d'abord pour la défense du patrimoine à Beynac qui voit défiler quotidiennement six milles véhicules par jour et jusqu'à 13.000 au pic de l'activité touristique, pour la nature ensuite, car les atteintes à l'environnement ont été faites avec le début du chantier, et que les mesures de compensation ne pourront pas être mises en oeuvre. 250 arbres ont été coupés, 20 000 végétaux dont 7000 arbres devaient être replantés.

Le  chantier  du contournement  de Beynac - Radio France
Le chantier du contournement de Beynac © Radio France - Antoine Balandra

C'est aussi, dit-il, une mauvaise nouvelle pour les entreprises car on a besoin de vivre en milieu rural. Les opposants vont encore une fois nous faire perdre du temps et de l'argent dit Germinal Peiro. Selon les services du département, 15 millions d'euros ont déjà été payés pour la première partie du chantier. Il reste une facture de 5 millions. Et la suspension des travaux devrait coûter entre deux et quatre millions d'euros. 

Le président du conseil départemental, maître d'ouvrage dans ce dossier, a donc choisi de faire appel de cette décision du tribunal administratif 

Nous irons jusqu'au bout

Nous irons jusqu'au bout et s'il le faut nous redémarrerons une procédure parce que les conditions ont totalement changé. Quand on a fait l'enquête environnementale il y a environ deux ans, il s'agissait de construire une déviation et donc on allait porter atteinte à des milieux puisqu'on allait faire des piles de pont dans la rivière. Aujourd'hui, les atteintes au milieu elles sont faites .Donc on est sur un nouveau dossier et s'il le faut on entamera une nouvelle procédure pour terminer le chantier. On n'est pas là pour construire une déviation, on est là pour terminer un chantier et c'est ce qu'on va s'attacher à faire.

Quelque soit la procédure suivie, le chantier pourrait rester paralysé pendant un à deux ans.