Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Didier Guillaume ne participera pas à l'organisation de la Coupe du monde de rugby et reste sénateur de la Drôme

mercredi 9 mai 2018 à 17:27 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Didier Guillaume ne quittera pas la vie politique. Il souhaitait s'engager dans la préparation de la coupe du monde de rugby en France en 2023. Mais le poste qu'on lui proposait étant honorifique, il annonce ce mercredi qu'il renonce et qu'il va donc rester au Sénat.

Didier Guillaume dans nos studios (image d'archives)
Didier Guillaume dans nos studios (image d'archives) © Radio France - Florence Beaudet

Didier Guillaume ne va pas changer de vie. L'ancien président socialiste du conseil départemental de la Drôme âgé de 59 ans, toujours sénateur, souhaitait quitter la vie politique. Il l'avait annoncé en janvier. Il allait démissionner du Sénat dans les semaines à venir. Finalement, ce ne sera pas le cas. 

Sa nomination à la présidence devait être officialisée mardi

Le Drômois avait été sollicité par la ministre des sports et par Bernard Laporte, le président de la fédération française de rugby, pour prendre la présidence du GIP France 2023, le groupe d'intérêt public en charge de l'organisation de la coupe du monde. Sa nomination devait être officialisée mardi prochain. Il a préféré se retirer.

Pas question de se contenter de couper des rubans, je suis un homme d'action - Didier Guillaume

Didier Guillaume affirme que ce qui lui avait été proposé initialement était une présidence active, une fonction à plein temps et rémunérée. Premier accroc : la rémunération du président d'un tel organisme n'est pas prévue dans les statuts. Qu'à cela ne tienne, le Drômois accepte de travailler sans salaire. Mais il demande une présidence effective. Or, il s'agit en réalité d'un poste honorifique, de représentation. "Pas question de me contenter de couper des rubans, je suis un homme d'action" nous explique Didier Guillaume. 

Il reste donc sénateur de la Drôme. Des regrets ? "Aucun" nous dit-il.