Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Politique

Dijon : des bénévoles de la Cimade se mobilisent contre le projet de loi "asile et immigration"

lundi 16 avril 2018 à 17:16 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Une dizaine de bénévoles de la Cimade s'est rassemblée ce lundi matin devant la permanence du député Didier Martin à Dijon. Ils ont trouvé porte close mais ont quand même sorti leurs panneaux pour dénoncer le projet de loi "asile et immigration" débattu en ce moment à l'Assemblée Nationale.

Les bénévoles de la Cimade devant la permanence du député Didier Martin
Les bénévoles de la Cimade devant la permanence du député Didier Martin © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Dijon, France

Des bénévoles de la Cimade se sont retrouvés ce lundi matin devant la porte du député LREM Didier Martin. L'élu n'était pas là mais ils ont quand même déployé leurs panneaux pour dénoncer le texte "asile et immigration" qui est débattu depuis ce matin et jusqu'à vendredi à l'Assemblée Nationale. 

L'association a détourné les panneaux du code de la route pour dénoncer plusieurs points sur ce texte. Le panneau "limitation de vitesse à 90" dénonce la volonté du gouvernement de faire passer de 45 à 90 jours la durée maximale en centre de rétention. Pour Françoise Duguet, bénévole à la Cimade, c'est une aberration : "dans les faits, ceux qui sont expulsables le sont dans les 15 premiers jours. Alors rallonger le temps de rétention à trois mois, c'est simplement punitif, au bout de trois mois ceux qui ne peuvent pas être expulsés seront remis en liberté, dans des conditions précaires." 

Autre point qui pose problème aux associations : le raccourcissement des délais pour déposer un dossier de demande d'asile. Ce sera 90 jours au lieu de 120, et le délai pour déposer un recours passe de 30 jours à 15 jours. "Ce n'est pas assez pour monter un dossier, faire le récit de sa vie, trouver éventuellement un interprète ou un avocat" déplore Yves, le co-président de l'association à Dijon.